ARTIC FLOWERS – Straight to the Hunter


Post-Punk / Dark-Punk

Contrastz ! Records / Bat-cave Productions - 2018


Pour ma première chronique au sein de Jeu d'Ombre, direction Portland avec Artic Flowers, groupe qui mélange habilement post-punk, death rock et anarcho-punk. Le premier morceau « Hallow Water » annonce la couleur de l'album tout en restant sur la réserve ; une batterie percutante et rapide, une basse agressive, une guitare qui jongle entre les riffs punks et les mélodies post punk/death rock et une voix féminine déterminée qui colle parfaitement à l'ensemble. Avec des titres comme « Glass on ice » et « Husk », le groupe arrive à nous emmener dans des ambiances froides, tout en restant speed et dynamique avec des instrus ultra changeantes et travaillées, notamment portées par une batterie qui alterne son jeu entre les roulements de caisse claire appuyés, les breaks dans lesquels les toms sont omniprésents et les passages quasi épileptiques de charley.

Tout au long du disque, la basse, très présente et rentre-dedans, permet à la guitare de tisser des flots de mélodies sans que les titres ne perdent en intensité. « The Fool » calmera légèrement la hargne de l'album pour permettre, d'autant plus, au morceau suivant « Waking Things » de nous prendre par surprise avec LE morceau punk, qu'on attend un peu comme le boss final d'un jeu d'arcade, depuis le début du disque. Pour moi l'apogée de l'œuvre ; un batteur sous amphétamines, une voix très nerveuse, une guitare qui part dans tous les sens avec une basse qui maintient le tout sous contrôle grâce à son agressivité et sa rigueur. Un gros coup de cœur pour la reprise du morceau « Dreamer » de Toxic Reasons que le groupe a réussi à s'approprier à merveille (je vous recommande au passage de jeter une oreille sur l'original !).

En bref, un album que je recommande pour ceux qui aiment le dark punk nerveux à la CHAIN CULT et SECT.




19 vues0 commentaire