top of page

Interview - Cataphiles


Cataphiles a été mon coup de cœur atomique du Return To The Bat-Cave Festival 2023. Nous ne jouiions malheureusement pas le même jour mais nous avons eu l'occasion de discuter à l'hôtel à plusieurs reprises entre les soirées concerts. Ce sont des personnes charmantes et terriblement douées pour écrire des titres accrocheurs et directs qui font mouche instantanément. Le concept même du groupe très orienté anarcho-punk m'a également séduit et vous retrouverez cette facette de leur personnalité dans cette interview.

C'est toujours un bonheur de rencontrer de telles personnes et de découvrir leur musique ; et c'est un bonheur supplémentaire de partager cette découverte avec vous :-)

Propos recueillis par Xzvrey en Octobre 2023.


Pour plus du lisibilité, seules les initiales des prénoms des musiciens ont été reportés à chaque question :

A : Anja - Claviers + Chant

H : Heini - Basse

M : Moomers - Guitare + Chant

J : Jan - Batterie



1/ Hello Cataphiles. Tout d'abord, votre prestation lord du Return To The Bat-Cave Festival 2023 (à Wroclaw) était putain de fantastique ! Comment avez-vous vécu le fest ?

A : Nous avons eu une super opportunité de jouer là bas. Et on s'est vraiment éclatés. Nous avons vu beaucoup de très bons groupes et rencontrés des gens géniaux.

H : C'était fantastique. Pour certains groupes on était un peu serrés malheureusement, ce qui est top pour les groupes eux même bien entendu. C'était très familial et nousa vons avons revus de vieux amis et rencontré plein de nouvelles têtes.

M : Merci beaucoup ! Nous sommes contents que tu ais apprécié notre set. Je me suis aussi bien éclaté durant tout le fest.

J : Je ne peux qu'acquiéser, nous nous sommes sentis chez nous. Le lieu est super et le concert diablement bien organisé ! Bien sûr, il faut également mentionner les excellents groupes avec qui nous avons partagé l'affiche.



2/ Votre premier album est sorti depuis 1 an maintenant. Quels sont les retours ? Si vous voulez mon avis, votre album est une pure machine à tuer !

H : Merci beaucoup. Jusqu'à maintenant les retours sont très bons dans la scène, cela nous a surpris et nous a évidemment rendus heureux. Même nos amis qui ne sont pas vraiment dans ce délire musical ont trouvé l'album plutôt sympa. On n'a pas à se plaindre :)

J : Cela nous motive à continuer. Qu'y a-t-il de mieux que de faire de la musique avec tes amis et que les autres l'apprécient ?

M : Merci, je n'ai rien à ajouter :).

A : Moi non plus XD





3/ Bien, nous ne pouvons pas esquiver les présentations d'usage : qui sont les musiciens de Cataphiles et comment vous êtes vous rassemblés ? Pourquoi avoir choisi ce nom de groupe ?

H : Je suis Heini, bassiste. Mommers, Anja et moi avions en tête de monter un projet Post-Punk depuis un bon moment déjà. Cependant, nous jouiions déjà dans d'autres groupes, ce n'était donc jamais le bon moment pour s'y mettre sérieusement. Puis il y a eu la première vague de covid. Les concerts et toutes les autres activités furent annulé(e)s et nous avons alors eu le temps de développer l'idée. Nous avons écrit le premier titre et répété avec une boîte à rythme. Ce n'était pas vraiment une option de continuer dans cette configuration car nous voulions absolument un batteur. J'ai donc contacté mon vieil ami Jan, avec qui Anja et moi avions joué par le passé dans un groupe de Punk nommé Scattered Hopes. Je savais qu'il était aussi intéressé par ce genre de musique.

J : Je suis Jan, je joue de la batterie. Je savais que cette configuration fonctionnerai bien, j'ai donc accepté sans trop me poser de questions :-)

M : Je suis Moomers, je joue de la guitare et j'assure une partie du chant. J'ai toujours joué dans des groupes de Punk et de Hardcore et cela faisait longtemps que je souhaitais faire quelque chose dans le style de Cataphiles car j'adore écouter du Post-Punk, du Deathrock etc. Comme le dit Heini, cela nous a pris du temps pour que l'idée germe dans nos tête, et heureusement, cela a fonctionné !

A : Je suis Anja. Je joue du clavier et je fait aussi l'autre partie du chant. Lorsque nous cherchions un nom de groupe, je lisait un livre de Will Hunt, cela parlait d'excursions sous terre et des cataphiles (des gens qui visitent illégalement les catacombes de Paris). Le nom a excercé une certaine fascination avec cette notion d'underground à la fois littérale et métaphorique. Nous évoluons à la surface durant la plupart de notre vie, mais il y a tellement plus à découvrir, sur nous et dans le monde alentour.



4/ Vous êtes originaires d'Allemagne n'est-ce pas ? Comment se portent les scènes Post-Punk/Goth chez vous ? Y a-t-il beaucoup de public et de concerts ? Pour les groupes : quels sont les meilleurs endroits pour jouer ?

M : Oui, il y a d'excellents events Post-Punk/Goth comme le Gothic Pogo, le Mini Cave ou le Feel The Darkness qui sont très connectés avec la scène punk DIY ; c'est ce que je préfères par rapport aux events non politiques et plus commerciaux. Je crois que ces deux cultures sont interdépendantes et ne doivent pas être perçues comme des scènes qui ont émergé de manière indépendante.

J : Nous venons de la scène Punk qui a en son sein un très bon réseaux de lieux autogérés. Contrairement à d'autres pays nous sommes encore assez gâtés en matière de lieux DIY - cela ne veut pas dire qu'ils ne sont pas menacés et ne doivent pas faire face à la répression. J'aime beaucoup jouer dans de petites salles DIY où les concerts sont organisés avec le coeur et où on peut discuter avec les personnes qui font vivre ces lieux.



5/ Plus généralement, que pensez-vous de l'underground Post-Punk/Goth actuel ? Selon vous, pouvons-nous faire mieux ? Comment ?

A : Je suis heureuse de voir de plus en plus de transgenres* sur scène. J'espère que de plus en plus de personnes se sentiront encouragées à le faire dans le futur et que nous ne serons plus perçu(e)s comme des objets mais commes des artist(e)s. Malheureusement, c'est trop souvent le cas dans tous les genres musicaux.

*[NDLR : dans la version d'origine, Anja par de "flinta* person", d'après mes recherches cela corresond au fait d'être transgenre]

H : Selon moi, ces scènes sont très vivantes et variées. Cependant, il y a juste une chose qui me fait chier et cela semble être dominant dans les scènes goth (à la fois mainstream et underground) : une attitude supposément apolitique ou une certaine tolérance envers les idées d'extrême droite. Mais ne pas s'élever contre l'extrême droite reviens en quelque sorte à légitimer le fait que ce n'est pas un problème d'avoir une attitude de mépris envers l'humanité. On ne peut pas séparer les personnes de leur attitude, car, c'est une grande part de notre être. Si tu es un nazi, tu es juste un trou du cul. Si tu accueil ce genre de personnes sous prétexte d’individualisme incompris, tu ouvres une porte qu’il sera difficile de refermer au bout d’un moment. Nous ne devrions pas tolérer l’intolérance. Avec des groupes comme Death In June ou Von Trohnstahl, il n’y a pas de débat. Le soleil noir est un putain de symbole nazi, la transfiguration mythique n’a pas sa place. A partir du moment où il n’existe pas de consensus, des groupes comme « Grufties against the Right » doivent se former en premier lieu pour clarifier certaines choses. Les Goths étaient et sont toujours une épine dans le pied de l’extrême droite, ne serait-ce parce que leur apparence extérieure questionne et brise les stéréotypes communs liés au genre.

Pour faire court : Je peux comprendre que certaines personnes ne souhaitent pas s’occuper de telles problématique, mais, si elles n’élèvent pas la voix pour défendre leurs propres valeurs, elles finiront par se perdre.




6/ Okay, parlons du plus important maintenant : votre musique. Votre album est très puissant, et, sur scène, c’était l’enfer absolu. Vous jouez de la musique Goth avec une intensité punk démentielle. Êtes-vous originaires des scènes punks ? Quels sont vos concepts favoris quand il s’agit d’écrire une chanson ?

H : Pour moi, il n’y a pas vraiment de concept. Les morceaux doivent juste être cohérents et, d’une certaine manière, accrocheurs. Bon cela reste très vague 😄. Je ne me dis pas : « allez, on se pose et on écrit un nouveau Romeo’s Distress ». En général, nous avons une idée de riff, et le reste vient naturellement…

M : Cela dépend, parfois cela vient spontanément, tu as une idée en répétition ou juste un riff qui te semble plaisant à jouer durant la répétition. Parfois je me pose avec l’intention de composer un titre. Au contraire, parfois, quelque chose de sympa me vient en tête et je continue de travailler dessus, ou alors en réécoutant le jour suivant je me dis : « non, ça ne le fera pas ». Quand l’impulsion est là, les idées des autres et leur influence complètent ce qui deviendra un de nos titres.




7/ Avez-vous des influences ou des albums/groupes favoris ? Vous pouvez tout balancer ici haha.

M : Urgh, ce n’est pas évident de nommer nos influences exactes, de temps en temps, ce qui nous inspire est assez subtile en fait. Quelques exemples : The Cure, Skeletal Family, New Model Army mais aussi des groupes actuels comme Belgrado, Fangs on Fur, Chain Cult. Mais ma musique est clairement aussi influencée par le hardcore, le d-beat et d’autres genres associés.

J : Réponse classique : Joy Division, The Cure, 13th Chime, Twisted Nerves... Mais je me sens aussi influencé par d’autres genres musicaux, notamment les scènes underground et ancestrales suivantes : soul, métal, punk, dark minimal wave électronique des années 80…

H : Quand il s’agit d’influences musicales, je dois citer The Cure en premier. En lien avec Cataphiles, sinon, bien sûr les premiers Christian Death et la vague Deathrock US. Des groupes de l’époque, mais aussi des groupes plus actuels comme : The Pawns. Je n’essaye même pas de citer des albums sinon il te faudra un serveur beaucoup plus gros haha 😉

A : Il y a tant de bons artistes que j’admire, alors pour en nommer une poignée : Annie Lennox, Patti Smith, Siouxsie Sioux, Poly Stirene, The Cure, Depeche Mode, Jimmy Somerville. Et c’est un tel plaisir de chanter leurs chansons. Mais cela ne veut pas dire que j’essaye de faire la même chose. Il faut se trouver soi-même, c’est un processus long et je pense en être quelque part verrs le milieu :-D

M : C’est moi ou chacun d’entre nous a cité The Cure ? XD



8/ A quelle fréquence répétez-vous ? Qui écrit les morceaux ? Qu’est-ce que vous aimez faire après une bonne répète ? Avez-vous un local spécifique ?

A : Compte tenu du fait que nous ne vivons pas dans la même ville, nous ne répétons pas ensemble régulièrement. En réalité, nous avons fait un break durant l’été cette année. Mais nous allons nous remettre à répéter très bientôt et nous vous promettons de travailler sur de nouveaux titres :-D

Concernant l’écriture, je dirai que tout le monde participe. Le plus souvent, c’est Heini ou Mommers qui ramènent les idées de base, les impulsions. Tout ceci est bien entendu dû au fait que Jan vit à Berlin. Enfin, il est plus facile pour moi de finaliser les paroles quand la structure du morceau est bien établie.



9/ Vous utilisez deux voix lead (féminine et masculine), c’est un sacré avantage. Comment cette idée vous est-elle venu ?

M : Je me sentais bien de chanter dès le début, et j’adore cela. Mais en général, j’adore l’alternance des voix, c’est très intéressant. Vu que je savais qu’Anja savait également chanter ou hurler, j’ai pensé à cette idée d’équilibre entre nos deux chants. Et je trouve cela cool encore aujourd’hui 😊

A : Je crois qu’au début, nous n’avions pas trop pensé à cela. En fait, je n’étais pas sûre que mon chant soit nécessaire. Quand nous écrivons de nouveau titres aujourd’hui, nous prenons en compte les préférences de chacun en fonction des différents passages d’un morceau et aussi comment nos voix se combinent. Cela ne doit pas toujours être le même schéma et il faut de la place pour l’expérimentation.



10/ Bien, passons au petit break traditionnel de la dixième question. Durant le fest : quelle a été votre plus grosse barre de rire ? Avez-vous vécu des moments bien déglingos ?

J : Après une bonne grosse soirée de beuverie et de dance (durant les DJ sets), j’ai fini au milieu d’un parc, sur un banc, dans le brouillard à regarder une fontaine. Après cela, j’ai essayé de rentrer le code de l’hôtel sur un digicode qui n’était pas le bon (je m’étais trompé d’adresse). Mais bon, j’ai finalement réussi à m’en sortir.*

A : Je ne saurais raconter un moment en particulier. Je me suis bien amusée mais je ne me suis pas dévasté la tronche. J’espère que je n’ai rien fait de stupide :-D

M : Eclats de rires ? C’était un festival de Goth, on ne rit pas XD Blague à part, je n’ai pas non plus de moment spécifique à raconter.




*[NDLR : nous ne nous moquerons pas car nous avons vécu des péripéties similaires nous même avec The Last Oath] XD



11/ Est-ce que vous jouez dans d’autres groupes ? Êtes vous actifs via d’autres biais comme des zines, radio, orgas de concerts ? Quel genre de personnes êtes-vous ? De bonnes personnes ou de gros tas de merde ?

A : Je n’ai pas d’autre groupe pour le moment, mais auparavant, j’ai gueulé dans des groupes de punks. Au fait, qu’est-ce que c’est une bonne personne ? Je crois que j’essaye de vivre dans ce monde sans faire de mal aux autres ou à l’environnement (le moins possible en tout cas). Mais nous ne sommes que des êtres humains. Est-ce que ça existe une bonne personne d’ailleurs ?

H : Avec Mommers, j’ai joué dans DISCONFECT, un groupe de D-Beat/Hardcore-Punk. Je fait aussi ATTIC FROST, un projet de Post-Punk / Cold-Darkwave. Avec des amis nous organisons des soirées goths via l’orga Feel The Darkness quelques fois par an à l’Alhambra (dans la ville d’Oldenburg) ; j’y fait également le DJ et nous y jouons aussi.

J : Je suis batteur pour le groupe de Hardcore-Punk : SZRAMA. Quand j’ai le temps, je fais aussi des DJ sets. J’organise parfois des concerts à Berlin pour des amis ou des groupes que j’ai envie de voir en live.

M : Je joue de la guitare et je chante avec Heini dans DISCONFECT. Je joue aussi de la basse pour ZANJEER, INFERNO PERSONALE et NAO qui sont tous dans le genre HC-Punk / D-Beat. En plus des groupes auxquels je donne déjà pas mal de temps et d’énergie, j’organise aussi quelques concerts dans des collectifs. J’ai commencé à enregistrer quelques groupes aussi comme : Ex-Dom (Bremen) ou Multiplex.




12/ Bien, je m’adresse à Heini là (les autres vous pouvez faire une pause et picoler). Quelle basse et quels amplis utilises-tu pour avoir ce putain de son du Diable ? :-D

H : Yessssss, nerd question ;-) Je joue sur une Career CB-RIK400, qui est une réplique classique de Rickenbacher (vu que l’originale est trop chère pour moi). J’aime beaucoup le son qui combine puissance et chaleur en même temps. J’utilise une Boss CEB-3 et une Boss BF-3 et de temps à autres une Boss GEB-7 pour le live. Au niveau pédales, je suis très branché Boss depuis l’enfance. Comme je l’ai dit, je suis un gros fan de The Cure et je check souvent ce que Simon Gallup utilise sur son pedalboard et c’est quasi exclusivement du Boss. C’est bien fait, cela sonne bien selon moi alors je reste fidèle à cette marque.


M/J/A: Cheers!






13/ Comment la musique se combine avec votre vie quotidienne ? Avez-vous des jobs ? des hobbies ? Ou alors, vivez-vous uniquement pour la musique et « die with your boots on » ?

A : Alors, comme la plupart des gens je pense, parfois les différentes parties de ma vie s’opposent, et, parfois, elles se complètement bien. Je suis doctorante en histoire. Je fais des recherches sur la mémoire liée aux persécutions menées par le régime nazi dans els familles espagnoles et je fais aussi de l’éducation politique. C’est un monde totalement différent qui revet une importance capitale pour moi, c’est pourquoi j’en parle ici. Mais je ne veux pas mettre de côté la musique et la culture DIY, c’est une partie de moi, ce sont mes racines. J’adore cette « bulle » et je suis reconnaissante de pouvoir évoluer en son sein.

H : Pour ma part, je suis très obsessionnel en matière de musique. C’est une très grosse partie de ma vie. Pas seulement le fait d’écrire ma propre musique, mais aussi le fait d’en écouter, j’adore découvrir de nouveaux groupes, collectionner les disques et aller à des concerts. Malheureusement, je dois aussi travailler pour vivre, sinon je serai totalement à poil. J’aime aussi beaucoup dessiner et faire des artworks (trop peu à mon goût en ce moment). J’aime aussi beaucoup regarder des films d’horreur pour me détendre.

J : La musique joue un rôle essentiel dans ma vie. Entre la découverte de nouveaux groupes, les répétitions et d’autres trucs de batteurs nerds à mort. Compte tenu du fait que je suis auto-entrepreneur, j’ai parfois assez de temps pour faire de la musique de manière intensive.

M : Comme écrit au-dessus, la musique est une part importante de ma vie. J’essaye d’inclure la musique dans mon travail ; je suis éducateur et j’étudie le travail social aussi. Dans ce contexte, je créé des projets musicaux avec les jeunes et les enfants. Je les accompagne dans les salles de répétition ou alors je les enregistre carrément en studio.





14/ Alors, voici une question très importante qui me vient à l’esprit : allez-vous enregistrer un autre album aussi mortel que le premier ? Quand pouvons-nous espérer recevoir votre prochain coup de poing atomique dans la gueule ?

J: Nous sommes carrément en train de travailler sur notre second opus et espérons que vous l’aimerez autant que le premier.

A : Il n’y a pas encore de date d’entrée en studio, mais nous travaillons sur les nouvelles compositions.



15/ Dans le même ordre d’idée, comment pouvons-nous vous proposer des concerts ? J’adorerai faire des concerts avec nos groupes respectifs. Comment pouvons-nous savoir où vous jouez etc. Y a-t-il un endroit où vous aimeriez jouer avant de mourir ?

A : Yes, ce serait super, il faut que nous le fassions ! Le mieux c’est de nous écrire à l’adresse suivante : cataphiles@riseup.net ou alors via instagram : @cataphilespunx

Il faudrait vraiment qu’on joue dans les catacombes de Paris un jour haha.

H : Definitely the catacombs!!!

M : Je rejoins cela, j’adore jouer sur scène et j’adore répondre à ce genre de demande, même si nous ne pouvons pas toutes les honorer malheureusement.




16/ Quel est votre rapport avec le public ? Aimez-vous glander dans la salle après un bon concert et discuter avec autant de monde que possible ? Quand vous êtes sur scène, comment vous sentez-vous ? Possédés ?

M : En général, avant un concert, je suis un peu plus calme et excité. Mais oui, je suis très communicatif et j’adore entrer en contact avec les gens. Après un concert, j’aime aller discuter et m’amuser. Être sur scène me donne vraiment beaucoup d’énergie.

A : J’aime beaucoup discuter avec les gens après un concert et apprendre des choses sur les lieux que nous avons traversés. Sur scène, je suis toujours contente de voir les gens heureux et de ls voir danser. C’est pour cela que je le fais. Cependant, j’aime aussi le fait d’être en accord avec moi-même et de voir le reste s’effacer. Ce doit être pour cela que j’aime porter des lunettes de soleil sur scène.

H : Je trouve difficile le fait de séparer les groupe du public. Après avoir joué, nous allons au stand et laissons le public entre les mains des autres groupes. Nous sommes jsute des fans, comme les autres. C’est super quand les gens écoutent notre musique mais nous ne devons pas donner à ce fait une importance démesurée. En général après un concert, j’ai besoin d’un peu de temps pour redescendre mais après j’aime aller boire une ou deux bières avec les gens.

J : je suis d’accord avec HeinI.



17/ Avez-vous des amis dans l’underground ? Comme des groupes avec qui vous aimez jouer régulièrement ? Y a-t-il une petite « Bat-Family » par chez vous ?

A : Je trouve la question vraiment difficile. Je n’aime pas citer un groupe plutôt qu’un autre. Notre famille est grande et elle s’agrandit encore 😊

H : Les personnes qui font partie de ma Bat-Family personnelle seraient par exemple : les groupes Ghosts Of Dawn, Wreckage Dance et 3Hs From Sundown. Ce sont des personnes que je connais depuis quelques années et qui m’ont influencées en matière de musique. Je souhaite également citer les festival : Mini-cave, Black Days Glowing et Wake The Dead. Et, bien-sûr, de nombreuses autres personnes, des groupes, des collectifs et pas seulement dans la scène Goth.




18/ Mortels, craignez LA question du zine : quels sont vos plat et boissons préférés ? Avez-vous une recette spéciale à partager avec nous ?

M : Pizza, lasagnes, seitan gyros, burritos, falafel… j’adore la nourriture épicée et chaude. Il ne peut pas y avoir trop d’ail dans la bouffe. Je suis toujours partant pour une bière.

H : Un bon gin s’accorde toujours bien avec ma langue.

J : J’adore les galettes, le tofu mariné, qui est ensuite frit et re-mariné ensuite, c’est aussi très en vogue.

A : J’adore manger et cuisiner et bien boire aussi. C’est une part importante du « self-care » pour moi. Pour les longs hivers à venir, je vous recommande le brownie de bananes. Svp : achetez en commerce équitable.

Ecraser 2 bananes (achetées dans le commerce équitable !) avec 1 tasse de sucre ; ajouter alternativement 0,5 tasse d'huile et les ingrédients secs (0,5 tasse de cacao, 0,5 tasse d'amandes, 1,5 tasse de farine, 0,5 cuillère à café de levure chimique, 1 pincée de sel), ajouter un peu de boisson végétale ou de lait si nécessaire. La pâte doit être très collante. Étaler dans le moule (le mieux est d'utiliser un grattoir à pâte humide ou les mains) et cuire au four à 200 degrés. Et n'oubliez pas de glacer avec du chocolat après la cuisson ! Miam !



19/ Eh bien, nous arrivons au bout. Voulez-vous dire une dernière chose au lectorat ?

J : Si vous lisez ceci, merci beaucoup à vous :-D



20/ Je suis impatient de jouer avec vous un de ces quatre. On reste en contact pour tenter de partager la scène quelque part ok ? Félicitation pour votre super album et merci beaucoup pour vos réponses.
A plus les amis 😊

A : Merci beaucoup pour ton soutien. On se reverra un de ces jours, c’est sûr !

M : Merci pour l’interview ! On espère pouvoir continuer ainsi pour un bon moment !






74 vues0 commentaire
bottom of page