top of page

Interview - CIERŃ - 2023


Le groupe Allemand (dont les membres viennent des quatre coins du monde) CIERŃ est typiquement le genre de découverte qui passionne l'équipe de Jeu D'Ombre. Une musique pleine de détails et de touches personnelles qui rentre directement dans la tête mais dont les subtilités apparaissent au gré des écoutes successives. "The Emperor Rx", le premier album long format de la formation, est un coup de poing malicieusement placé dans la mâchoire et les musiciens composant cet ensemble ont l'air d'en vouloir. Notre zine est fier d'accueillir ici ce très bon groupe de Berlin.

Propos recueillis par Xzvrey en 2023.






1/ Hello ! Comment allez-vous ces temps-ci ? Vous travaillez sur de futurs concerts ou de nouvelles chansons ? Votre premier album « The Emperor Rx » est très impressionnant selon moi. Avez-vous de bons retours le concernant ?

Justin - Salut, nous allons bien. Nous faisons quelques concerts et la nuit dernière, nous en avons fait un sans enceintes, mais nous nous sommes éclatés quand même. En ce moment nous sommes également dans un studio assez légendaire pour enregistrer un nouvel EP, ce qui est sacrément cool.

Concernant The Emperor Rx, il semblerait que les gens l'aiment bien, ce qui est super.



2/ Vous êtes basés à Berlin, exact ? Comment se porte les scènes Post-Punk/Goth chez vous ? Dans l’imaginaire collectif, l’Allemagne est un super pays pour les musiques Goth (beaucoup de public, des concerts en pagaille etc…). Est-ce vrai ou est-ce juste une image ?

Devi - Ce n'est pas une question facile car même si nous VIVONS à Berlin, nous venons tous d'endroits différents. Laura est australienne, Edu est colombien, Justin est californien et je suis canadienne. Oui il y a plein de super festivals en Allemagne (ex : Gothic Pogo, Wave Gothic treffen, Luna Mera...) et la scène est en plein essort.



3/ Pouvez-vous nous parler un peu plus de l’histoire de votre groupe ? Avez-vous eu d’autres projets avant Cierń ? Que signifie le nom de votre groupe au fait ?

Devi - Ciern est mon premier projet. Edu et moi somme deux des membres fondateurs depuis octobre 2019. Nous avons écris quelques titres avec le line-up d'origine et joué notre premier concert à Varsovie, au Klub Poglos (Poland for Old Skul 2020). Ensuite, il y a eu le confinement qui a tout stopé. Nous avons fait un concert de plus au légendaire Kopi AGH et ensuite, nous en sommes arrivés à la conclusion que le line-up d'origine ne fonctionnait plus. Edu et moi sommes partis de notre côté. Justin et moi étions amis depuis quelques années, je lui ai parlé de nos difficultés de line-up et il a proposé de nous rejoindre à la guitare. Après quelques essais avec des bassistes, Justin a recommandé son amie Laura, et nous voici aujourd'hui au complet !

Ciern est le mot polonais pour "épine". Notre premier guitariste était polonais, d'où le nom. Quand il est parti, nous avons gardé ce nom car nous avions commencé à bâtir quelque chose avec. J'ai fait le design du symbole que nous utilisons à partir de l'idée de la rune de thurisaz qui symbolise le pouvoir et la résistance. C'est une rune de protection contre ce qui nous aggresse.



4/ Votre album est sorti chez Bat-Cave Productions, un des meilleurs labels underground. Comment s’est passé le deal ? Connaissiez-vous déjà Tomasz avant de lui demander de sortir votre album ?

Devi - Nous sommes reconnaissant pour le soutien que nousa vons reçu de la part de Tomasz. Il nous a contacté après que nous ayons sorti "The Box" en nous disant qu'il souhaitait sortir notre CD. Quand nous avons commencé à écrire "The Emperor Rx", il nous a de nouveau contacté pour sortir l'album en CD. Mais nous voulions une édition vinyle. Nous avons eu une discussion frénétique durant le Return To Bat-Cave 2022 à ce sujet et Tomasz a accédé à notre demande. Nous avons sorti le LP ensemble en novembre 2022. L'album est aussi disponible en CD (toujours grâce à Tomasz) depuis Juillet 2023.





5/ Quelles sont vos influences principales quand vous écrivez les paroles de vos chansons ? Avez-vous des thèmes favoris ?

Devi – Nous sommes très politisés, donc, quand j’écris les paroles des chansons, j’essaye de me focaliser sur des sujets qui nous concernent : élever la conscience, se confronter et combattre les idéologies dominantes qui oppriment les humains, les animaux et la conservation de notre planète. Je m’intéresse aussi beaucoup à la mythologie, à la psyché humaine, alors j’essaie de tout combiner ensemble aussi.



6/ Comment organisez-vous le travail dans votre groupe ? Y a-t-il un seul esprit pour la composition ou tout le monde s’y met ? Où répétez-vous ? Qu’aimez-vous faire après une bonne session ?

Devi – Nous avons tous des idées que nous ramenons au local de répète et nous travaillons bien tous ensemble. Parfois, Edu commence avec un super beat de batterie, Laura et Justin le rejoignent, je me tourne vers mon livre de paroles pour trouver quelque chose qui convienne. D’autres fois, Laura ou Justin commencent. C’est ce que j’aime chez nous… on se laisse aller. Certains de nos meilleurs titres ont jailli alors qu’on était en train de faire de la merde pendant la session de répète.


7/ Comment s’est passé le processus de création et d’enregistrement de l’album ? Y a-t-il un studio spécifique où vous aimez aller pour enregistrer vos titres ? Avez-vous fait une grosse fête une fois l’enregistrement fini ?

Justin – Nous avions en quelques sortes une deadline pour finir l’écriture de tous les morceaux de « The Emperor Rx » et j’atais un peu septique quant à notre capacité à être prêts à temps ; mais on s’en est sortis. Nous avons eu la chance d’avoir suffisamment d’inspiration au bon moment. Nous avons tout mis en boîte en 2 week-ends au Kinski Noize Studio de Berlin.

Pour le prochain EP nous irons au Andere Baustelle avec Boris Wilsdorf.

Après l’enregistrement de l’album, il neigeait et c’était plutôt sympa de se promener avec la neige qui recouvrait tout. Nous sommes tous partis chacun de notre côté ensuite, pour les vacances, mais nous étions heureux que tout soit prêt avant de retourner dans nos pays respectifs.




8/ Est-ce que vous jouez souvent sur scène ? J’ai vu quelques dates annoncées sur votre page Bandcamp. Comment vous sentez-vous quand vous êtes sur scène, faces au public ? Qu’aimez-vous faire après un concert ? Est-ce que vous passez du temps à discuter avec les gens ?

Devi – Cette année, nous avons quelques propositions. L’année prochaine s’annonce déjà très bien aussi. Au début, j’étais nerveuse à l’idée de chanter devant un public. J’aurais souhaité fermer les yeux en permanence. Hahaha. Maintenant je regarde le public droit dans les yeux et je saute dans la fosse. J’adore partager la scène avec les autres membres du groupe, crier mes paroles et partager avec le public. Après un concert, je fonce au stand pour parler avec les gens qui viennent. J’aime cela car beaucoup sont ouverts au fait de nous parler de ce que notre musique leur a fait ressentir. Cette connexion est importante car cela nous permet de constater que notre message a été compris.


Justin – Je pense que nous sommes clairement un groupe live. Notre alchimie musicale se ressent certes durant les répétitions, mais aussi en live (à plus forte raison d’ailleurs).





9/ Y a-t-il des groupes avec lesquels vous aimez jouer autour de vous ? Pouvez-vous recommander de bons groupes originaires de vos pays ?

Devi – Certainement ! Nous avons des amis de Berlin dans les groupes : Zanias, Naturata Brutalismus, Gotterdammerung, Kris Baha, Curses, Sally Dige, Frank the Baptist, Echoes, Dystopian Society, Skelesys, Eat Lipstick, VV and the Void,

Night Hexe, Ben Bloodygrave, Fixed Lens, Totenwald. Il y a aussi : Also THIAVV (Hamburg), Cataphiles (Bremen), Divided Lines (Leipzig) and KSY (Poland).



10/ Petit break. Quelle est la chose la plus stupide que vous ayez expérimentée avec le groupe ?

Justin – Devi nous avait donné (à Laura et moi) un sac de cerises à manger à l’arrière de la voiture durant le trajet pour aller jouer à la Castle Party. Laura et moi étions en train de les manger ens e demandant pourquoi elles avaient un goût bizarre ; mais on voulait être polis. Mais ensuite, Devi s'est rendu compte que ses olives avaient coulé sur les cerises et que c'est pour cela qu'elles avaient si mauvais goût.




11/ De nos jours, il y a une sacrée production dans les scènes Post-Punk/Goth underground (et beaucoup de qualité si vous voulez mon avis). Est-ce que vous recherchez souvent des groupes à écouter ? Vous achetez des disques ? Quelles sont les dernières grosses baffes reçues selon vous ces dernières années ?

Devi – Honnêtement, j’écoute beaucoup de groupes datant d’avant 1985… c’est ce que je préfère en termes de son. Cependant, il y a vraiment beaucoup de très bons groupes avec ce genre de sons old-school. J’ai adoré : Litovsk, Schröttersburg et Tumbas.



12/ Avez-vous des plans pour un nouvel album ? Travaillez-vous sur de nouveaux concepts, de nouvelles chansons ? Est-ce que ce sera très différent de « The Emperor Rx » ?

Devi – Les paroles des titres sur lesquels nous travaillons actuellement se concentrent sur nos lutes individuelles mais partagées à une échelle universelle, par exemple : l’effet des réseaux sociaux, la vitesse des modes et la dysmorphie corporelle. Le son du groupe se développe encore et nous aimons expérimenter. Je pense que notre nouvelle esthétique fera un genre de pont entre « The Emperor Rx » et quelque chose d’un peu plus évolué.



13/ Les designs de vos covers sont vraiment supers et inspirants. Pourquoi les avoir choisis ? Travaillez-vous avec un artiste en particulier ?

Devi – Oh, merci beaucoup ! Cela représente beaucoup pour moi car j’investit beaucoup de temps, de passion et d’énergie dans les designs de nos albums. Comme pour les paroles, j’essaye de lier les artworks à des titres en particulier ou à l’ambiance général d’un album. Le design de « The Box » vient d’un de mes artistes préférés de la période Pre-Raphaelite : John Willam Waterhouse, il s’agit de « Pandora ». Le mythe de Pandore parle de l’idée que les femmes sont toujours à blâmer et sont à l’origine de tous les ennuis du monde ; ce qui est une idée merdique. Cependant, la chanson ne parle pas que de ce mythe, elle parle de notre responsabilité individuelle et collective face à nos actes, nos paroles et à leur impact sur ce qui nous entoure.

L’artwork de « The Emperor Rx » est inspiré par CRASS et leur façon d’utiliser des collages pour leurs covers. En un sens, c’était une façon pour moi de créer ma propre carte de tarot. Je me suis basé sur la carte de l’empereur mais inversée (RX pour « reversed »). Cela représente l’abus de pouvoir, les états totalitaires, la corruption, la perte de contrôle, la faiblesse, l’instabilité et la mégalomanie.



14/ Si quelqu’un débarquait en vous disant : « hey, je suis un producteur de concerts, nommez un groupe légendaire avec qui vous voulez jouer et je m’occupe de tout », qui choisiriez-vous ? Pourquoi ?

Justin – David Bowie car il est cool et aussi parce qu’il est mort, du coup j’aimerai vraiment voir si le producteur est aussi nécromancien.

Devi – Hahaha, j’aimerai rencontrer ce producteur aussi, on pourrait bosser ensemble. Je recherche un nécromancien. Honnêtement j’ai beaucoup d’idées mais je dirai : Siouxsie, CRASS ou Christian Death… Mais Rozz est mort lui aussi donc on a vraiment besoin d’un producteur/nécromancien.




15/ Quel genre de personnes êtes-vous ? De bonnes personnes, des solitaires, des zombies mangeurs de chair ? Avez-vous des familles et des hobbies aussi ?

Justin – Très clairement, des zombies mangeurs de chair. On avait des familles à un moment et puis… on a eu faim.

Devi – Soooooooooooo hungry… De temps en temps je lis le tarot.



16/ A part Cierń, êtes vous investis dans l’underground Post-Punk/Goth via d’autres activités comme des zines, orgas de concerts, radio ? Êtes-vous actifs dans d’autres groupes aussi ?

Justin – Nous sommes tous assez occupés avec d’autres trucs, par exemple, Laura est une Néo-Romancière et joue dans Zanias. Personnellement je jouais dans Night Nail pendant 10 ans, mais je joue aussi dans Boytronic et j’ai aussi fait de la synthpop.


Devi – En décembre 2022, Edu et moi avons commencé un projet coldwave nommé The Ophidian Coil mais nous n’avons rien sorti pour le moment.





17/ Quel est votre meilleur souvenir avec le groupe ?

Justin – J’ai parlé des cerises ? Mais notre premier concert à Varsovie avec ce line-up était un de nos préférés de tous les temps car nous n’avions alors jamais joué tous ensemble sur scène. C’était le premier concert pour le public après le covid aussi, et, quand nous avons fini de jouer, ils étaient prêts à défoncer la scène si nous ne jouions pas un peu plus. Du coup on les a bouffés bien sur haha, non je déconne, on a rejoué nos morceaux haha.


Devi – Mmmmmmm… delicious. Je crois qu’un de mes souvenirs préférés est aussi le premier concert à Varsovie. Laura et moi

[NDLR : je n’ai vraiment pas réussi à traduire la phrase suivante alors je la laisse en version originale]

Laura & I had a Jem and the Holograms hair bonding moment, Justin helped ease my nerves with a dance off backstage before we played and Edu & Justin had a cute moment where we came up with “Bands that cuddle together, stay together”.




18/ Maintenant, craignez la question traditionnelle du zine, êtes-vous prêts ? Quels sont vos plats et boissons favoris ? Avez-vous une recette spéciale ? Pourriez-vous nous recommander une bonne bière allemande ?

Justin – J’aime faire des soupes de pommes de terre + poireaux, Devi m’a expliqué comment faire. Si tu la laisse dans une bouteille au soleil, cela devient de la bière. Si tu le fait en Allemagne, ça devient de la bière allemande.









19/ Voulez-vous dire quelque chose de plus au lectorat du zine ? Free Spot Time !

Justin - Hello.

Devi - Hi.


20/ Merci beaucoup pour votre temps, j’espère vous voir sur scène un de ces jours. Portez-vous bien 😊
Cheerz !

Cheerz !





53 vues0 commentaire

Comments


bottom of page