top of page

Interview - DEAD SOULS RISING - 2023


Groupe plutôt connu dans la scène Goth française, Dead Souls Rising a eu un regain d'activité intense depuis quelques années avec pas moins de trois albums au compteur depuis 2019. Celles et ceux qui ont connu le groupe dans les années 90 savent que "DSR" est un projet assez protéiforme et changeant qui n'a eu de cesse de faire évoluer sa musique au gré des productions.

Le dernier album en date : Black Out est un très bon disque vraiment intéressant et bénéficiant d'un univers très spécifique et original. Le précédent (Mirroir Illusions) ayant déjà éveillé la curiosité de votre serviteur l'année dernière, il me semblait intéressant et même nécessaire de donner la parole à ces musiciens très créatifs (et fort sympathiques de surcroît).

Propos recueillis par Xzvrey en Mars 2023.



Nota Bene : Pour illustrer cet article, certaines photos des années 90 sont utilisées. Vous constaterez une grosse différence de résolution entre ces dernières et les photos plus récentes.



1/ Salut Dead Souls Rising. Comment allez-vous ? Avec la sortie récente de votre nouvel album : Black Out, j’imagine que vous êtes très occupés ?

Alastrelle : Nous allons bien merci, effectivement Dead Souls Rising n’étant malheureusement pas notre seule activité, nous devons jongler entre notre boulot (alimentaire si je puis dire) et les différents projets artistiques qui nous tiennent vraiment à cœur, donc tu as raison on est plutôt « occupés » entre le tournage des clips, la promo et commencer à réfléchir sur un projet « Live » pour la rentrée…



2/ Dead Souls Rising est un groupe actif depuis les années 90, rien que cela. Pouvez-vous faire un bref résumé de votre carrière ? Si je ne m’abuse, vous avez eu une période de pause durant les années 2000 est-ce exact ?

Seb & Alastrelle : Nous avons monté le groupe en 1993 sous forme de trio, une première démo a vu le jour à la fin de la même année et notre 1er concert est sorti en février 1994. Notre 1er album Ars Magica est sorti en 1995, en formation duo (Alastrelle et moi), puis « Scented Garden » a suivi en 1997 avec l’ajout du violon de Laurent Baudin sur 2 ou 3 titres. Seb a quitté le groupe peu de temps après la sortie du 2ème album. Vers 2015, l’idée de refaire de la musique ensemble a été évoquée, nous pensions plutôt à un nouveau projet, car nos goûts musicaux avaient évolué et finalement nous avons sorti Isadora en 2019 sous le nom de Dead Souls Rising, car nous avons pensé que même si la musique était différente, il y avait quand même une connexion avec les 1ers enregistrements. « Miroir Illusions » a suivi en mars 2022, puis le tout dernier « Black out » en avril dernier. Malgré toutes ces années de pause, nous avons retrouvé une facilité assez extraordinaire à composer de nouveaux titres ensemble.


3/ Black Out est un album très solide avec un univers très sombre du plus bel effet. Avez-vous eu des retours positifs depuis sa sortie ? Alastrelle, ton chant est toujours aussi expressif. Tu es chanteuse professionnelle ou quoi ? Peux-tu nous parler de ton parcours artistique ?

Seb : L’album vient de sortir, nous n’avons pas encore eu énormément de retours, mais les premiers avis sont plutôt positifs. Il a été composé très rapidement (moins de 2 mois) de façon assez instinctive, ce qui lui donne une unité plus personnelle que les 2 précédents LP. C’est vraiment un album que j’aime beaucoup.


Alastrelle : Les retours sont bons, le coté plus sombre et électronique me fait penser à une suite de « Ars magica » moins Pop-Rock que les deux précédents albums. Merci Florent, en effet j’ai appris le métier de chanteuse « sur le tas » comme on dit, en intégrant différents groupes et formations, dont le cabaret et faire du chant ma seule activité professionnelle.



4/ Quel est votre rapport avec les musiques Goth aujourd’hui ? Je veux dire, vous avez connu plusieurs générations et métamorphoses des sonorités de l’univers gothique. Comment considérez-vous la scène aujourd’hui ?
Y a-t-il assez de groupes, labels, orgas de concerts ? Que pensez-vous du public actuel ?

Seb : Je ne connais pas trop la scène « Goth » actuelle. J’apprécie beaucoup des groupes noise comme Psychotic Monks, le post punk de Fontaines DC ou Murder capital, le shoegaze de Just Mustard ou a place to bury strangers, le rock de Bambara, le rock garage de L.A. Witch, la pop de porridge radio ou encore la folk d’Other lives (j’en oublie certainement plein). J’ai malgré tout l’impression qu’il y a toujours de nouveaux groupes « goths », c’est assez dingue que ce mouvement continue plus de 40 ans après son début.


Alastrelle : On est plus aussi à la page qu’avant mais on voit l’émergence de plein de jeunes groupes dans cette mouvance et c’est plutôt prometteur pour la scène Goth !


5/ Vous fonctionnez en duo si je comprends bien. Comment se répartissent les tâches dans le groupe ? Qui compose ? Qui écrit les paroles ?

Seb : Alastrelle écrit les paroles et s’occupe de la promo, tandis que je compose les musiques et je m’occupe de l’aspect visuel du groupe et des enregistrements.


6/ Concernant les textes, quelles sont les thèmes et les sujets que vous affectionnez particulièrement ? Y a-t-il des concepts spécifiques à chaque album ?

Alastrelle : Le thème de Black Out est la folie et les maladies mentales telles que la paranoïa, l’anorexie, la schizophrénie, le burn-out etc… La covid-19 a beaucoup joué sur le thème de cet LP. Les troubles psychiatriques sont assez fascinants et intéressants à analyser, donc c’est un sujet qui me plait beaucoup.





7/ Vos albums de la période 90’ sortaient chez Darkside Records à l’époque, aux côtés de grands noms et d’albums cultes comme le démentiel First Dinner de Eat Your Make Up. Quels souvenirs gardez-vous de cette période ? Étiez-vous en contact avec les autres groupes signés sur le label ?

Seb : Greg de Darkside était aussi le bassiste de Eat your make up, donc nous le connaissions bien, mais les 2 groupes n’ont pas joués sur la même période. De mémoires, en même temps que Dead Souls Rising, il n’y avait que le groupe Black Atmosphère sur le label Darkside. Ils vivaient aux Etats-Unis, nous n’avions donc pas d’échanges avec eux.


Alastrelle : Un bon souvenir avec Jacquy Bitch, nous avions chanté ensemble « Louchald » sur scène en 1997.



8/ A contrario, vos albums récents sortent sur votre propre label : Mysis Records dont ce sont les seules sorties. Pourquoi avoir choisi de fonder votre propre mini-structure ? Vous n’aviez pas de propositions intéressantes ?


Seb & Alastrelle : Le marché de la musique a beaucoup changé, nous n’avons pas eu de propositions et nous ne voulions pas attendre des années avant de sortir ces albums, donc nous avons choisi l’option « système D ».







9/ Je trouve les sonorités de Black Out plus « Darkwave » et électroniques que sur votre précédent effort : Miroir Illusions qui sonnait assez Rock finalement. Pourtant, les deux sont sortis avec 1 an d’écart seulement. Comment avez-vous conçu l’orientation musicale de ce nouvel opus ?
Votre musique a évolué au fil du temps. Avec le recul, quel est votre regard sur votre manière de composer des morceaux à l’époque de vos premières réalisations et sur votre nouvel album ?

Seb & Alastrelle : Seb a utilisé plus de synthés sur ce dernier album, ce qui lui a permis de composer beaucoup plus rapidement que les 2 précédents. C’est sans doute ce qui le rapproche des albums de nos débuts. Nous composions très vite sans trop réfléchir. Ces albums composés rapidement comportent bien sûr des défauts, mais ça leur donne plus de spontanéité et de personnalité.

Le titre « Dark Paranoïa » sur lequel Alastrelle avait fait une improvisation vocale a été le point de départ de cet album. Nous avions beaucoup aimé l’atmosphère de cette impro et avons voulu créer un album dans cet esprit.



10/ Nous sommes à mi-chemin alors c’est le moment de faire preuve d’un peu plus de légèreté. Quelle est la chose la plus compliquée à assumer dans la scène Goth selon vous ?

Seb & Alastrelle : le crêpage de cheveux quand t’en as plus 😊

Sortir dans le métro avec nos chauves-souris n’est pas non plus toujours très simple !!!


11/ Nous n’avons pas encore abordé la question du live. Dans les années 90, vous avez fait des concerts. Est-ce que vous continuez aujourd’hui ? Où pourrons-nous vous voir jouer ?

Seb & Alastrelle : Quand nous avons sorti l’album « Isadora », nous n’avions pas le projet de faire des concerts de Dead Souls Rising. Petit à petit, l’idée nous trotte de plus en plus dans la tête et nous avouons que ça nous ferait plaisir. C’est beaucoup de travail pour remettre la machine en route et faire un retour de qualité.





12/ Comment faites-vous pour travailler sur Dead Souls Rising ? Avez-vous un local de répétition ? Qu’aimez-vous faire après une bonne session de travail ?

Seb : Nous composons beaucoup à distance par échange d’email. J’envoie une idée musicale à Alastrelle qui improvise dessus, la voix me donne souvent des idées pour terminer la musique. Alastrelle écrit les textes et on se retrouve pour enregistrer et finaliser ensemble.


Alastrelle : En effet j’adore trouver des mélodies doubles voix et le flow des mots, et c’est vrai qu’avec les compos de Seb ça fonctionne vraiment bien !



13/ Êtes-vous actifs dans l’underground Post-Punk/Goth d’une autre manière ? Via d’autres groupes, des zines, radios, organisation de concert ?

Seb : J’ai un autre projet musical nommé NAIROD YARG dans lequel je chante, et j’ai organisé dans ma ville 2 éditions de la soirée « Children of new wave » avec des groupes locaux tels que Rank, Station Echo, Affection place


Alastrelle : J’ai aussi plusieurs projets en parallèle, j’ai collaboré avec Bortek de Jad Wio sur le titre « Spatiale » qui figure sur leur double EP « Cadavre Exquis » disponible uniquement sur www.jadwio.fr . J’ai également un autre projet avec un ami musicien qui devrait bientôt voir le jour.





14/ Est-ce que certains albums vous ont marqués ces dernières années ? J’entends par là : parmi les sorties récentes. Ce ne sont pas les albums de qualité qui manquent selon moi (cf les nombreuses chroniques présentes sur notre webzine). Êtes-vous toujours à l’affut de bons albums aujourd’hui ? Achetez-vous des disques (attention, on ne rigole pas avec ça chez nous hé hé)?

Seb : Je suis boulimique de musique, j’achète beaucoup de disques (trop pour mon portefeuilles XD). Dans les sorties de ces dernières années mes disques préférés sont Fontaines DC « Skinty fia », Jehny Beth « to love is to live », The murder Capital « Gigi’s recovery », Mellano Soyoc « Alive », « Shadow on everything » de Bambara… mais mes disques préférés changent à peu près toutes les semaines haha !


Alastrelle : « Cadavre Exquis » bien-sûr !



15/ Vous êtes basés à Lyon. Comment se porte l’underground Post-Punk/Goth chez vous ? Je crois qu’il y a un bar, le Sonic, qui organise parfois des concerts de Post-Punk. Vous y rendez-vous de temps à autres ?

Seb & Alastrelle : Effectivement le Sonic est une péniche qui passe beaucoup de groupes post punk, c’est un lieu où nous allons souvent. Le dernier en date où nous étions était celui de Kas Product. Le Rock 'n' Eat et le Farmer sont des lieux qui font également passer régulièrement des groupes dans ce style.




16/ Comment avez-vous découvert l’univers Post-Punk/Goth ? Quels sont les groupes ou albums de référence pour vous ? Avez-vous un souvenir particulièrement vivace avec un album en particulier ?

Seb & Alastrelle : C’est peu original, nous avons découvert ce style musical l’un comme l’autre avec l’explosion des Cure quand ils ont sorti « The head on the door », ce fut un véritable électrochoc musical. Nous avons découvert peu de temps après Joy, Siouxsie, X mal Deutschland, Bauhaus, Sex pistols, Neubauten… mais nous aimions aussi des choses plus rock (PJ Harvey, Nick Cave, Pixies, Sonic Youth…) ou plus punk (Béruriers noirs)



17/ Quels sont vos projets pour l’avenir de Dead Souls Rising ? Souhaitez-vous tourner pour défendre vos albums récents ? Avez-vous déjà des idées pour de futures compositions ?

Alastrelle & Seb : Premier objectif : Monter une heure de live avec les titres du nouvel LP et quelques anciens.




18/ La pochette de votre nouvel album, Black Out est vraiment superbe. Qui a réalisé ce design ? Aviez-vous une idée ou un concept spécifique ou avez-vous fait appel à quelqu’un en lui donnant carte blanche ?

Seb & Alastrelle : Nous avions découvert le travail de Pierre Molinier à travers le disque « Contact » de Jad Wio. Nous avions envie d’une pochette dans cet esprit tout en gardant notre personnalité. Seb a créé cette pochette à partir de photos que nous avions faites à la fin du tournage du clip « Dark Paranoïa ». Elle rend particulièrement bien sur la version vinyle du disque.






19/ Bon alors attention, instant tradition, pas question d’esquiver : quels sont vos plats et boissons favori·te·s ? Pouvez-vous nous donner une recette spéciale Dead Souls Rising ?

Seb : Alastrelle prépare les meilleures pâtes aux yeux frais, jamais égalées, la preuve sera en image dans notre prochain clip « Dysmorphobia » 😊



20/ Souhaitez-vous faire passer un message au lectorat de Jeu D’Ombre ? Une annonce à faire peut-être ?

Seb & Alastrelle : Ecoutez Black Out !



21/ Merci beaucoup d’avoir répondu à nos questions, nous vous souhaitons réussite et créativité pour vos prochains efforts musicaux 😊

Seb & Alastrelle : Merci à toi Florent et longue vie à Jeu d’Ombre !

A+



Vinyles 150 copies limited / CD 100 copies limited / disponible sur www.mysis.ovh



Clip "Dark Paranoia" :


Clip "Watching the silence" :




92 vues0 commentaire
bottom of page