top of page

Interview - DIAMOND DOG - 2023


Photo : Sophie Prat

L'excellent premier album du quatuor dijonnais a su marquer les esprits, tant en france qu'à l'étranger d'ailleurs. Le groupe a déjà eu l'occasion de tâter de la scène à maintes reprises et est actuellement en tournée un peu partout en Europe. Leur musique, personnelle et racée, est un véritable délice pour les oreilles, mélangeant Post-Punk, Rock et New-Wave d'une manière singulière et fraîche.

Il était essentiel pour nous de poser quelques questions au groupe pour en savoir plus sur ce phénomène explosif qu'est Diamond Dogs.

Propos recueillis par Xzvrey en septembre 2023.




1/ Salut Diamond Dog ! Avant toute chose, un petit point sur la seconde partie de votre tournée. Où en êtes-vous à l’heure où vous lisez cette question ? Dans quel pays vous trouvez-vous ? Est-ce que tout se passe bien ?

Hello, nous sommes chez nous à Dijon pour le moment, on prépare nos prochains concerts et notamment la tournée d’octobre /novembre en Europe central.



2/ Le nom que vous avez choisi m’évoque évidemment l’album Diamond Dog de David Bowie. Pouvez-vous faire un bref historique du groupe et présenter les musiciens qui le composent s’il vous plaît ? Pourquoi avoir choisi ce nom de groupe ? Dans quelles conditions le groupe a-t-il vu le jour ?

Dans l’album de Bowie, les « Diamond Dogs » sont des personnages inspirés des Garçons Sauvages, c’est cette référence qui m’a plu au départ. J’ai lancé l’idée du groupe et commencé à travailler les premières maquettes seul en 2020, le confinement m’a aidé à finaliser pas mal de choses, puis les autres membres sont arrivés petit à petit et on a retravaillé en groupe pour les premiers concerts fin 2021.





3/ Votre premier album : Usual Chronicles, a vraiment un sacré panache je trouve. Avez-vous eu de bons retours le concernant ? Comment avez-vous vécu son enregistrement et sa post-production ?

Les retours sur l’album sont plutôt bons en France et à l’étranger, on l’a réalisé nous-mêmes entre mon home studio et notre local de répète. Ensuite pour le mix on a confié ça à Robin du Studio Triphon à Dijon, et le mastering à R3myBoy. Il est sorti sur le label allemand No EMB blanc Records.



4/ Quel est votre rapport avec les musiques Post-Punk/Goth ? Êtes vous des passionnés depuis longtemps ou est-ce un univers que vous n’avez découvert que récemment ? Quels sont vos groupes/album de référence dans ces styles ?

Les influences post/punk viennent de moi à la base, mais dans le groupe on est tous assez friands de musique punk et dark en général. J’ai commencé par écouter beaucoup de punk rock au lycée jusqu’à m’ouvrir à d’autres styles qui découlent de ça, notamment la new wave.




5/ Avez-vous joué dans d’autres formations avant de fonder Diamond Dog ? Êtes vous actifs via d’autre biais que le groupe (radio, zine, orga…) ?

On a tous joués dans pas mal de groupes avant Diamond Dog, j’ai joué du psychobilly avec Astro zombies et de la surf avec Lucianos. Les autres membres viennent aussi du post rock et du métal.



6/ Maintenant, une question qui me semble essentielle. Comment avez-vous réussi le tour de force de monter une tournée aussi ambitieuse que le « Usual Chronicles Tour Part II » ? Vous allez traverser de nombreux pays (Suisse, République Tchèque, Slovakie, Allemagne…), êtes-vous passés par un tourneur ou une agence de booking ?

Pour ce qui est des tournées on travaille de longues heures, tout seuls, avec l’aide de notre fidèle manager Frédéric Millat. Et pour l’Europe on collabore avec d’autres agences oui, Billig People pour l’Allemagne et Noise Me pour l’Europe centrale.



7/ Vous avez déjà joué un paquet de concerts ces derniers mois. Quel est votre rapport avec le public ? Est-ce que vous prenez le temps de discuter un peu avec les gens après un concert ?

Heureusement qu’on parle avec les gens à nos concerts, sinon pourquoi faire ce métier ! C’est vraiment super d’avoir le retour de gens qui viennent nous voir.

On a fait un bon nombre de dates en 2023 et ça nous permet de progresser et surtout d’essayer régulièrement de nouvelles choses pour rendre le set live le plus vivant et dynamique possible, toujours en mouvement !




8/ Comment organisez vous le travail d’écriture dans le groupe ? Qui compose les titres ? Les paroles ? Avez-vous l’habitude de répéter dans un studio u un lieu en particulier ? Qu’aimez-vous faire après une bonne grosse session ?

Je compose et écrit tous les morceaux, la plupart des arrangements également, cela permet d’avoir une ligne artistique, un style que je prends le temps de travailler, de préciser, ça donne une direction à tout le monde. Mais pour les nouveaux morceaux j’intègre un peu plus les idées et le jeu de chacun pour gagner en cohésion et en possibilités d’écriture aussi.

On répète souvent les matins entre 8h30et 12h30, donc après ça on va déjeuner !



9/ Quels sont les thèmes que vous aimez aborder dans vos paroles ? Avez-vous des sources d’inspiration spécifiques ? Ressentez vous le besoin d’être dans une ambiance particulière pour composer ?


Le premier album parle un peu de transhumanisme, de perceptions de l’amour sous des angles différents, de la manière d’aborder notre rapport aux autres, aux relations dans des situations qui nous échappent ou qui nous poussent dans nos retranchements.

Je me suis beaucoup inspiré de bouquins, de courts métrages, je suis pas mal inspiré par Lynch ou Terry Gilliam aussi.

J’écris beaucoup chez moi dans mon home studio, c’est un peu ma bulle idéale.



10/ Bon c’est la pause de mi-parcours. Avez-vous des délires particuliers quand vous êtes ensemble ? De bonnes grosses crises de rires ? Quels sont vos souvenirs les plus déglingos avec le groupe ?


On n’est pas le plus déglingos des groupes de rock, on boit des verveines après les concerts, on mange végétarien, on ne fume pas, on boit peu, on se couche tôt, on fait du sport… BORING !

Mais ça ne nous empêche pas de poser notre cerveau dans le van sur la route, heureusement !





11/ Passons à la partie personnelle maintenant. Quel genre de personnes êtes-vous ? Des personnes sympathiques, de fieffés connards haha ? Je déconne bien sûr. Plus sérieusement, avez-vous une famille, des jobs, des passions ? La musique est-elle votre gagne-pain ?

Un peu trop vaste comme question...

Familles, amis, passions oui évidemment… disons que la vie perso on l’aime vraiment bien quand elle est… perso.

On ne gagne pas notre vie exclusivement avec ça mais en partie oui, on fait beaucoup d’autre choses à côté. On donne des cours, des ateliers, on réalise des podcasts, pour ma part j’ai produit des albums pour d’autres artistes, je compose aussi un peu pour des documentaires etc..




12/ Quel est votre regard sur les musiques Post-Punk/Goth aujourd’hui ? Êtes-vous satisfait de son évolution au fil des années ? Y a-t-il eu des albums marquants pour vous ces dernières années ?

On est vraiment enthousiaste de voir à quel point des groupes comme Idles ou Viagra Boys arrivent à secouer un peu l’industrie musicale, ça fait vraiment du bien, pourvu que ça dure !

D’autres comme Fontaines DC, Shame ou HMLTD, sont vraiment top aussi, on suit et on écoute tous ces groupes vraiment régulièrement.






13/ Concernant le public maintenant, quel est votre sentiment quant au public Post-Punk/Goth (ou plus généralement Rock) français ? Personnellement, je trouve qu’un peu plus de monde ne serait pas de refus. Qu’en pensez-vous ?

Le live ne va pas super bien on ne va pas se le cacher. Les nouvelles générations écoutent et découvrent beaucoup de musique sur les plateformes de streaming et délaissent un peu les salles de concerts. Espérons que ça évoluera dans le bon sens dans les années à venir.



14/ Votre album est sorti sur le label No Emb Blanc Records. Comment le deal s’est -il mis en place ? Connaissiez-vous déjà la (les) personne(s) en charge du label avant d’envoyer votre album ? Êtes vous satisfaits du travail de promotion et de la production ? Personnellement je trouve le Digipack très bien fait !

On a aimé bosser avec No Emb Blanc Records parce que c’est un passionné et ça se sent. On ne se connaissait pas avant mais ça a rapidement bien accroché avec lui. On a pu le sortir en CD et LP, c’est vraiment ce qu’on voulait.




15/ Justement en parlant de disques, êtes-vous du genre à acheter de la musique au format physique ? C’est malheureusement devenu assez rare de nos jours. Quel est votre support (CD, LP, Tape, Numérique) préféré et pourquoi ?

En général j’achète des CD pour la musique classique et tout le reste en LP. J’aime bien avoir ma petite collection. Je ne suis jamais passé au streaming mais les autres membres du groupe le sont.








16/ Quels sont vos projets après votre tournée ? Allez-vous commencer à travailler sur de nouvelles compositions ou une période de repos bien mérité ne serait-elle pas salutaire ? Après tout, votre album est encore jeune, vous n’êtes peut-être pas obligés de rusher un nouveau disque (mais on sait tous que parfois, la fièvre de la création tape sans prévenir).

On va essayer de na pas trainer pour travailler de nouveaux morceaux après la tournée. La période de repos c’est un luxe qu’on ne peut pas se permettre, on va essayer d’aborder 2024 avec un max d’idées et de projets.



17/ Un petit mot sur la pochette : qui l’a réalisé ? Comment s’est passé le choix du design ? Travaillez-vous avec une personne en particulier ?

La pochette a été réalisé par Jarid Scott, un artiste américain que j’avais repéré sur Instagram, on est super content du résultat !





18/ Vous êtes originaires de Dijon il me semble. Comment se porte les publics Rock et Post-Punk/Goth par chez vous ? Y a-t-il des lieux sympas pour organiser des concerts dans ces styles ?

Dijon n’a jamais été connu pour son public rock, post punk, mais il existe toujours les Tanneries et le Deep Inside pour des concerts extras toute l’année !



19/ Gare à vous ! Nous arrivons à LA question essentielle du zine 😉 Quels sont vos plats et boissons préféré·e·s ? Avez-vous une recette spécifique Diamond Dog à nous communiquer ? Pouvez-vous nous recommander un bon producteur de vin de votre région ?

Les falafels !

Recette :

Aller au resto libanais

Commander des falafels

Manger les fallafels


On ne boit que de la verveine malheureusement…



21/ Merci beaucoup d’avoir répondu à nos questions, nous vous souhaitons une tournée triomphale et de futurs projets tout aussi couronnés de succès 😊
A+



Photo : Sophie Prat

22 vues0 commentaire

Comments


bottom of page