MAENAD VEYL - Body Count


EBM / Dark-Électro / Indus - Italie

Veyl Records - 2019


Parfois, le simple fait de voir la jaquette d'un album suffit à attirer notre attention alors qu'on n'a aucune idée de ce que le groupe propose comme musique. Body Count présente une cover sombre et hypnotique. Cette tête qui semble sans visage et recouverte d'une couche de terre noire a de quoi produire un certain effroi dès le premier regard.

Le meilleur reste à venir, la musique s'accorde parfaitement avec cette image. Sombres, oppressantes, presque horrifiques, les compositions qui garnissent cet album vont vous faire vous noyer dans les plus indicibles abysses de l'EBM ultra dark. Le parti-pris est clairement anti-dance et pour celles et ceux qui, comme moi, sont un peu fâchés avec le cyber-goth, vous pouvez y aller les yeux fermés. À des années-lumière des musiques go-goth clichées à deux balles, Maenad Veyl propose un univers électronique extrêmement dark et presque cinématographique.

Les sonorités utilisées semblent paradoxalement très organiques malgré l'orientation électronique de l'atmosphère globale. Un véritable tour de force qui m'a fait me demander plusieurs fois si l'artiste n'utilisait pas carrément un Eurorack pour une partie des sons. Bluffant !

Le bougre n'en est pas à son coup d'essai puisque Thomas Feriero est également producteur et gérant du label Veyl Records. Cela se sent, rien n'est fait au hasard, chaque son est parfaitement maîtrisé, mixé et réfléchi.

La variété des rythmes utilisés n'empêche pas le fait que l'album se ressent avant tout dans son entier comme une pièce complète, abyssale et étouffante. Pourtant, je n'ai à aucun moment ressenti de difficulté à l'écouter. Même les titres les plus étranges comme "The Adversary" ou "Out Of Sight" passent étonnamment bien, et ce, alors que les sons créés sont parfois carrément bizarres et puissants.

Un gros coup de pied dans la bouche pour le néophyte que je suis en matière d'EBM et de Dark-Électro. Je le recommande évidemment si vous n'êtes pas familiers·ères avec le genre, mais, également si vous êtes connaisseur de ces scènes spécifiques.

Impressionnant !




12 vues0 commentaire