top of page

Interview - DATURA - 2023


Parmi les très nombreuses prods démentielles qui sortent chez Bat-Cave Productions, l'album Arcano Chemical de DATURA est un modèle de disque qui déchire instantanément la figure. Une espèce de mélange explosif entre Deathrock et Post-Punk qui a laissé la rédaction sans voix.

Le trio originaire de l'état de Washington (USA) a vraiment frappé très fort dès son premier album. Nous souhaitions en savoir plus sur cette formation très prometteuse et , au gré des réponses, nous nous sommes aperçu qu'en plus d'être de bons musiciens, ce sont des personnes charmantes et intéressantes.

Nous sommes fiers de vous proposer cette plongée dans l'univers de Datura au travers de cet entretien "In Depth" comme on les aimes.

Propos recueillis par Xzvrey en Février 2023




1/ Hello Datura, merci beaucoup de répondre à cette interview. Comment allez-vous en cette année 2023 ? Quelles sont vos activités / actualités ces temps-ci ?

Tiffany : En ce moment j’essaye de me relaxer après le stress des vacances et de me concentrer sur le fait de jouer de la batterie régulièrement pour ne pas perdre en feeling. Depuis notre dernier concert, mon kit de batterie est bien rangé dans des boîtes et il est temps de se reprendre en main, de réviser les morceaux et de créer de nouveaux rythmes.


Jake : J’ai joué beaucoup de guitare, lu des livres, travaillé, passé du temps avec ma famille et j’ai pris un peu de temps pour moi également. L’année 2022 était vraiment intense et il est bon de se relaxer un peu pour se concentrer sur les objectifs de 2023.




2/ Pouvez-vous raconter l’histoire du groupe s’il vous plait ? Pouvez-vous présenter le line-up aussi ? Quelle est la signification du nom du groupe : Datura ?

Jake : Datura est une plante venimeuse qui se trouve un peu partout dans le monde. Nous avons décidé d’appeler le groupe comme ça car c’est une fleure aussi belle que mortelle. La plupart de nos chansons sont entraînantes et semblent joyeuses mais elles sont aussi très sérieuses avec des paroles plutôt tristes. Ce genre de dualité, cela nous parle.

Je suis le bassiste, Tiffany est batteuse et David est guitariste et s’occupe de la plupart des parties chant. En studio, j’ai enregistré la plupart des claviers et aussi quelques parties de guitare pour nos deux premiers EP.







3/ Votre album récent : Arcano Chemical est sorti chez Bat-Cave Productions il y a un peu plus d’un an. Avez-vous eu de bons retours concernant sa sortie ? Comment êtes-vous entrés en contact avec le label ?

Tiffany : C’est clairement une question pour Jake et David haha


Jake : Oui, nous avons eu de très bons retours. Aux USA, nous travaillons avec le label Sell The Heart Records qui est basé à San Francisco et avec une compagnie de pressage qui se nomme Sweet Cheetah. Nous avons sortie notre album en Cd, K7 et Vinyl avec STH. Avoir ce soutien de leur part est une chance car nous avons du coup une bonne exposition, en tout cas, meilleure que si nous avions sortie le disque en autoprod. Il y a eu de chouettes reviews et nous avons pu jouer de supers concerts à travers toute la côte ouest des USA ? Tomasz Woodraf de Bat-Cave Productions (Pologne) est entré en contact avec nous pour sortir notre album en CD sur son label. C’était amusant de collaborer avec lui, c’est un type formidable et il y a des tonnes d’excellents groupes signés chez lui.




4/ À quelle fréquence répétez-vous ? Est-ce que vous écrivez les chansons tous ensemble ou y a-t-il un seul compositeur ? Avez-vous un local de prédilection pour répéter ? Que faites-vous après une session répète ?

Tiffany : En général nous répétons une fois par semaine chez Jake. Quand nous écrivons, Jake ou David arrive avec une idée de riff, un concept ou carrément un morceau complètement écrit et on fait des essais. Normalement je cale une partie de batterie par-dessus en fonction de mon inspiration par rapport au rythme ou alors David a déjà une idée précise. Jake aime bien enregistrer ses idées donc j’écoute ses idées de boîte à rythme et je me cale dessus pour que ce soit confortable pour moi de jouer. Je me concentre sur la structure et sur ce qui va fonctionner avec la chanson. Cela ne m’intéresse pas d’insérer des tonnes de feelings inutiles et je ne me soucie pas de l’élégance ou de la flexibilité. Parfois : moins, c’est mieux. Après une répétition, on parle de musique, de concerts et de nos plans futures.


Jake : On répète chez moi, dans mon sous-sol. C’est un local sécurisé et confortable. En général, nous répétons le jeudi. Tout le monde a un job donc nous ne traînons pas trop après les sessions. Nous devons tous nous lever pour aller bosser le lendemain alors nous restons « focus » si je puis dire. Nous répétons assez tôt pour que tout le monde ait le temps de se reposer. Je sais : ce n’est pas très Rock’n’Roll mais ainsi va la vie moderne haha !



5/ Avant l’album, vous avez sorti deux EP et un single. Selon vous, quelles sont les différences entre votre album et vos précédentes sorties ?

Tiffany : En tant que batteuse, je ne jouais pas au click sur les deux premiers EP et ça s’entend. Ils sont plus raw çà et là et cela a son charme. Arcano Chemical est plus abouti. J’ai vraiment fait plus d’efforts sur ce dernier. Ce que j’ai appris avec les premiers EP, c’est que je ne joue plus dans un groupe de Punk Rock, c’est le moment d’être plus sérieuse.

Je pense que les EP étaient des promesses de ce qui allait arriver, et l’album, c’est le résultat.


Jake : Nous cherchions notre style et notre chemin avec les EP et nous découvrions alors notre son. Le single « Everything Turns Black » est une de mes compositions. On a foiré les arrangements de temps à autres durant les répétitions, mais les choses n'ont jamais vraiment fonctionné et le projet a été mis de côté pendant un certain temps. Durant le Covid et le confinement, je suis allé en studio pour enregistrer ce titre moi-même. C’était une bonne opportunité pour la créativité et Tiffany et David on été compréhensifs à mon égard.

Arcano Chemical porte les traces émotionnelles laissées par le Covid en plus de quelques pensées intenses et personnelles auxquelles nous étions confrontés. Les premiers enregistrements étaient plus « joués à la cool » et plus funs même si les paroles étaient sérieuses. Arcano Chemical est plein d’émotions pour nous. David a mis tout son cœur dans les paroles, et Tiffany a vraiment travaillé dur sur ses pistes de batterie. Je suis fier de cet album. C’était également pour nous tous notre première expérience de travail avec un label. Andy de Sell The Heart Records est une personne fantastique qui nous soutien énormément.

Dernièrement, voir notre album pressé en vinyl était une véritable consécration.





6/ Comment avez-vous découvert l’underground Post-Punk/Goth ? Qu’est-ce que cela représente pour vous ? Est-ce que vous vous définissez comme gothiques ? Pourquoi ?

Tiffany : Oula, je suis la moins goth du groupe. Haha ! Ce qui est drôle c’est que lorsque j’avais dans la vingtaine, c’est que j’avais des amis qui étaient passionnés par les classiques Post-Punk donc c’était quelque chose de familier pour moi. Mais je n’ai jamais creusé cet univers à l’époque. C’est plus tard que mes goûts ont changés et que j’ai redécouvert ces classiques et que j’ai pu les apprécier à leur juste valeur. Je ne crois pas que notre groupe puisse être considéré comme goth stricto sensu. J’ai toujours pensé que le « goth » était plus un genre esthétique qu’un style de musique compte tenu de l’énorme diversité des groupes et de leurs sonorités. Le Post-Punk à l’ancienne est clairement une grosse influence mais nous avons aussi un gros passif punk qui nous caractérise, nous, et notre musique. Pour moi, on pourrait se définir comme un groupe de Post-Punk/Deathrock.


Jake : Mes goûts musicaux ont toujours été variés. J’aime le Métal, le Hip-Hop, la musique Classique, les musiques Ambiant/Synth et même la Country. J’ai également grandi avec la musique pop des années 80 qui passaient à la radio. Des choses comme : les Talking Heads, Duran Duran, Hall and Oates, Pink Floyd et The Police, par exemple, sont très ancrés dans mon subconscient. J’ai découvert The Cure à l’âge de 14 ans quand un ami m’a prêté une copie de Desintegration et cet album m’a ouvert les portes d’un autre univers musical dont j’ignorais l’existence.

Je pense qu’on peut nous définir comme gothiques mais, personnellement, je me sens à l’aise autant dans les concerts Goth que dans des concerts Métal ou Punk. Les scènes Post-Punk/Goth actuelles sont sans problème les plus inclusives et en plein essor que je connaisse à l’heure actuelle. Nous avons d’ailleurs rencontré des gens géniaux durant nos concerts, ce sont devenus de bons amis.




7/ Vous vivez aux USA dans l’état de Washington c’est cela ? Comment est la scènes chez vous ? Y a-t-il beaucoup de groupes, labels, public, salles de concerts ? Pouvez-vous donner quelques noms de groupes (actuels ou passés) provenant de votre aire géographique ?

Tiffany : Chez nous, la scène est en quelques sorte « intermittente » depuis un bon moment déjà. Notre promoteur local à Wenatchee a travaillé dur durant des années pour faire venir des groupes dans notre ville et il semble que d’autres villes de l’est de l’état tentent d’imiter cet exemple ces dernières années. À Seattle, la scène a fini par récupérer après le Covid et nous avons eu la chance d’entrer en contact avec Yes Productions qui book pas mal de groupes Post-Punk, Synth et Indus. Nous avons aussi eu la chance de côtoyer très tôt Dave Cantrell qui organise quelques festival Goths par an. Nous sommes également en contact avec le Coffin Club de Portland (Oregon).


Jake : Notre petite ville de Wenatchee a une bonne scène Punk active depuis presque 20 ans. Il y a souvent des concerts et des groupes passent par chez nous régulièrement lorsqu’ils sont en tournée. Ils jouent tous au bar local, le Wally’s House of Booze. Nous avons de la chance qu’il y ait une communauté de musiciens et d’amis qui soutiennent les concerts. Bon, la partie ouest de l’état de Washington a une communauté plus étendue c’est sûr.

J’ai toujours participé aux scènes locales depuis que je suis ado. Je suis allé à l’université dans la ville de Bellingham (état de Washington), une petite ville* qui accueille beaucoup de groupes. J’ai eu la chance de voir pas mal de concerts. J’ai par exemple vu Botch jouer dans le sous-sol d’un Bowling. Ces gars sont des légendes ! Un de mes amis de l’université avec qui je jouais à l’époque (Elijah Nelson) est venu se produire avec son groupe de Death Metal : Black Breath. Ils ont fait une belle carrière : signés chez Relapse Records, ils ont tourné partout en Amérique et en Europe.

La plupart de mes amis de l’époque jouent encore dans des groupes à Seattle ou à Portland. D’autres amis et connaissances jouent dans des groupes assez connus que vous devriez essayer : Sandrier, Heiress, Helms Alee et Stainless sont ce qui me viennent à l’esprit. Ce ne sont pas des groupes « Goth » mais ils méritent quand même votre attention 😊


*[NDLR : petite ville, enfin presque 100 000 habitants quand même haha].





8/ Quel genre de matos utilisez-vous ? Je parle des instruments, amplis, samples etc.

Tiffany : Merci pour cette question ! J’ai acheté mon premier nouveau kit de batterie avant d’enregistrer Arcano Chemical et c’est celui que j’utilise au quotidien depuis. Je joue sur une Ludwig Neusonic Skyline Blue (finition matte).

Elle se compose ainsi : Kick 22 x 16, Tom 19 x 9, Floor Tom 16 x 16. J’utilise une caisse claire Ludwig Supraphonic de 14 x 6 ; c’est le snare le plus enregistré de tous les temps. Pour les peaux, j'utilise un Remo Powerstroke 3 transparent pour le kick, un Remo Control Dot pour la caisse claire et un Remo Emperors pour les toms. Concernant les cymbales, j’ai un charley Zildjian 14’’ New Beat, une Crash Zildjian K Sweet 18’’ et une Ride Dildjian K Sweet 21’’. Enfin j’ai des Ludwig Atlas pour le transport, c’est lourd à en crever mais c’est indestructible.

Je continue de m’entrainer sur le kit de mon grand-père, un mix étrange entre du Ludwig 70’s et MIJ (Made In Japan) avec une caisse claire Ludwig Acrolite des années 70 et des cymbales Zildjian Z (qui sont faciles à remplacer). J’ai appris à jouer sur ce

kit et je ne m’en séparerai jamais.


Jake : Je joue sur une Fender Blacktop Jazz Bass avec un Sunn Coliseum et un Ampeg 4x10 HLF. Au niveau des pédales j’utilise une Boss Chorus Ensemble, une Deluxe Bass Big Muff et une pédale de préamp Tech 21 VT. J’ai également quelques synthétiseurs que j’utilise en studio.



9/ Quelles sont vos sources d’inspiration lorsqu’il s’agit d’écrire vos chansons ? Quels sont vos sujets de prédilection ?


Jake : David est notre chanteur principal, mais il m’arrive de proposer une chanson plus adaptée à mon type de chant. David est un conteur, du coup, ses chansons mettent en scène des personnages dans des situations bien darks. Les miennes sont plutôt centrées sur les émotions et une série d’images basées sur un thème spécifique. La mort, les fantôme, l’isolement, la quête de sens… ce sont les thèmes que nous traitons la plupart du temps.





10/ Parlons un peu des concerts maintenant. J’ai vu quelques photos de scène sur votre facebook. Comment décririez-vous l’expérience live quand vous jouez vos titres devant un public ? Qu’aimez-vous faire après votre set ? Par exemple, est-ce que vous parlez avec les fans en buvant des coups çà et là ?


Tiffany : Quand je me sens bien et que je rentre dans le groove, c’est génial. Je me concentre en général sur une seule chose pour ne pas être distraite (c’est pour cela que je porte des lunettes de soleil sur scène). Quand je relève la tête et que je constate que Jake se balance, que David communique avec le public et que tout le monde est dedans… c’est la meilleure sensation possible.

C’est pour cette raison que j’aime jouer dans un groupe.

Quand nous avons fini, j’ai en général un peu de rangement à faire pour sortir ma batterie de la scène le plus vite possible pour ne rien perdre. Après cela, je vais boire un coup et rejoindre les autres pour regarder les groupes restants. Si nous sommes les derniers à jouer, on se détend et on discute avec les gens. S’il y a d‘autres batteurs parmi les groupes avec qui nous jouons, j’essaie de parler avec eux. Nous sommes une espèce rare haha !


Jake : Jouer nos titres devant un public était génial. L’année 2022 a eu son lot d’opportunités de jouer ailleurs que dans notre ville. Nous avons joué à Seattle, Portland, Sacramento, San Francisco et Los Angeles l’année dernière. Tous les concerts étaient géniaux. J’étais surpris car certaines personnes ont fait pas mal de route ou même pris l’avion pour venir nous voir jouer. Je ne m’étais pas préparé à cela, avec aucun de mes groupes, c’est donc assez flatteur de savoir que les personnes étaient prêtes à faire ce genre de sacrifice pour nous soutenir.

Après les concerts, nous aimons bien rencontrer des gens dans le public, vendre notre merch et boire des coups bien mérités.





11/ Bien, nous en sommes à la moitié donc pourquoi ne pas traiter une question un peu plus fun ? Quelle est la situation la plus stupide que vous ayez vécue avec le groupe ?


Jake : Notre concert à San Francisco commençait n’importe comment mais cela s’est bien terminé à la fin. Nous avons joué dans un Drag-Club / salle de yoga, mais quand nous sommes arrivés à l’adresse indiquée, il n’y avait aucune indication, juste une porte métallique. Il n’y avait pas de parking, alors nous nous sommes garés plus bas. J’ai demandé à ma femme (qui est notre tour manager) de surveiller le matos pendant que j’allais me renseigner. J'ai croisé un couple de filles habillées en lingerie qui, j'ai pensé, allaient au spectacle - puisqu'il s'agissait d'une soirée travestis.

J'ai vu des gens sonner à l’adresse qu'on m'avait donnée, et pensant qu'il s'agissait de la salle, j'ai appuyé sur la sonnette et on m'a fait entrer dans un repaire de drogués à l'allure louche, alors j'ai vite déguerpi. En fait, la salle se trouvait dans la rue opposée, et lorsque je suis retourné à la voiture pour informer ma femme que j'avais trouvé l'entrée, la rue était remplie de prostituées - et non de drag queens ou de participants au spectacle.

Après avoir trouvé notre chemin et compris le pourquoi du comment, tout est devenu cool mais nous étions juste un peu désorientés au départ. On joue toujours dans des endroits assez petits mais en général ce sont des bars plutôt faciles à trouver. Les Drag-Party underground, c’est une autre paire de manche.


Tiffany : J’ai eu une crise de panique pour ce concert à San Francisco, ce qui ne m’arrive jamais habituellement. C’était dingue. Il y avait un autre concert durant cette tournée pour lequel nous devions jouer en main-stage et un prometteur de psychobilly s’est interposé et a pris cette scène. C'était l'une de ces salles où il y avait deux spectacles en même temps. En fait, notre organisateur ne s’est pas battu pour avoir la scène. Nous avons fini par nous installer entre des chiottes qui débordaient et une porte ouverte qui menait à une cour où un DJ était installé. La porte était grande ouverte pour tous les groupes qui ont joué avec nous, et le DJ ne s'est pas arrêté, ce qui a donné lieu à de nombreux débordements. Le temps que le promoteur s'en rende compte au milieu de notre set, il a fini par faire des allers-retours pour fermer la porte à chaque fois que quelqu'un l'ouvrait. Je regardais la porte, et je le voyais la fermer, retourner dans la foule et recommencer à chaque fois que quelqu’un ouvrait.




12/ Quel est votre vécu en tant que musiciens ? Avez-vous joué dans d’autres groupes ? Avez-vous appris la musique en suivant une formation classique ou plus moderne ? Même question en tant qu’auditeurs. Hehe.


Tiffany : Il y a beaucoup de musiciens du côté de ma mère, c’est un peu dans mon sang. J’ai grandi dans un endroit où je savais que je n’aurais jamais d’opportunité pour jouer dans un groupe au lycée alors j’ai appris la musique en jouant les chansons que j’aimais bien. Quand j’ai eu 15 ans, mon grand-père m’a prêté sa batterie et je faisais des reprises avec ma mère et mon frère dans la cuisine. Depuis j’ai joué dans 8 groupes, en tant que chanteuse, guitariste, bassiste, batteuse. À côté de Datura, je joue dans un cover band des Misfits et nous jouons tous les ans pour Halloween. J’ai bien envie de parler de mes goûts musicaux mais il n’y aura jamais assez de place Haha !


Jake : Je dois mon intérêt pour la musique principalement à ma mère qui jouait toujours du piano et d’autres instruments à la maison et dans son église. Enfant, j’ai essayé plein d’instruments différents : piano, trombone et saxophone. Au collège et au lycée, je jouais dans l’harmonie et chantais dans une chorale. J’ai commencé à jouer de la guitare plus tard, au lycée et durant la vingtaine, dans des groupes de punks. J’ai pris des leçons de guitare avec plusieurs profs. Finalement, je me suis mis à la basse en jouant dans des groupes qui avaient besoin d’un bassiste alors j’ai rempli ce rôle.



13/ Quelle est l’importance de la musique dans votre vie quotidienne ? Est-ce que votre entourage vous soutien ? Quel genre de personnes êtes-vous d’ailleurs ? Que faites-vous dans la vie (job, goûts, sport, art etc.) ?


Tiffany : La musique est vraiment importante dans ma vie. J’ai besoin d’écouter de la musique tous les jours et je n’arrive pas à m’imaginer autrement que musicienne. Je suis rarement sans groupe et mes proches m’ont toujours soutenue. J’ai une collection de CD assez ridicule mais ma collection de vinyles n’arrête pas de s’enrichir. Niveau hobbies : je fais du snowboard l’hiver, je lis des biographies de musiciens que j’aime, je regarde des films d’horreur avec des amis et je conduits des scooters vintages avec mon fiancé l’été. Il y a d’autres trucs mais j’ai cité les principaux.



Jake : J’écoute de la musique tous les jours. Je travaille tôt le matin, c’est donc un bon moment pour moi de découvrir des groupes et de poncer à mort les discographies. J’enseigne l’anglais au lycée et j’aime bien écouter de la musique quotidiennement quand les élèves font leurs devoirs. En général, je joue de la guitare en rentrant du travail et j’écoute des vinyles le soir. Mes proches me soutiennent vraiment beaucoup, surtout ma femme KC. Elle accepte d’avoir un groupe qui répète à la maison, elle prend des photos de nos concerts ou pour les promos. Elle nous aide aussi pour les layouts et les choses plus techniques que nous ne comprenons pas et elle nous aide même pour la logistique des tournées. En gros, elle est notre quatrième membre. Je me demande ce que serait ma vie sans elle, mieux vaut ne pas y penser.



14/ Êtes-vous actifs dans l’underground via d’autres activités comme les zines, radios, organisations de concerts, de clips ou la production etc. ?


Jake : J’ai organisé quelques concerts entre 20 et 30 ans mais j’ai arrêté. J’aime bien aller voir des concerts locaux ou voyager pour voir des groupes dans d’autres villes. Ces derniers temps je passe pas mal de temps à travailler tout seul dans ma salle de répète. J’aime vraiment le travail d’écriture et d’enregistrement pour Datura donc j’y passe le plus clair de mon temps.


Tiffany : J’ai beaucoup d’idées pour faire des vidéos de musique et 0 temps pour le faire. Haha. J’ai eu des idées pour le clip de « I’ll Wait » et je les ai filmé et monté. J’ai dû réapprendre à utiliser le logiciel de montage car j’avais tout oublié. En général, j’aime en savoir plus sur les groupes et musiciens que j’admire.



15/ Que pensez-vous de la scène Post-Punk/Goth actuelle et de l’underground ? J’entends par là qu’il y a vraiment beaucoup de bonnes sorties, des labels, même quelques festivals. Est-ce que nos scènes sont en forme en ce moment selon vous ?


Jake : Je trouve les scènes Post-Punk/Goth et l’underground excitants en ce moment. La scène de Portland est vraiment grâcieuse et accueillante. Cette ville a une place particulière dans mon cœur. J’ai adoré les groupes avec lesquels nous avons joué là-bas, les orgas aussi et les personnes que nous avons rencontrées dans le public.

Ironiquement, nous avons juste commencé à jouer à Seattle l’année dernière donc nous commençons tout juste à former ce genre de réseau là-bas. Nous espérons bientôt visiter d’autres endroits donc 2023 devrait être fun !


Tiffany : D’après ce que j’ai constaté, les scènes Post-Punk/Goth du nord-ouest pacifique émergent vraiment. Nous avons rencontré des gens fantastiques et des organisateurs supers ainsi que des groupes géniaux. Portland est comme une maison loin de la maison et Seattle a plein de salles de concerts qu’il nous faut essayer.





16/ Avez-vous eu l’occasion de tourner en dehors des USA ou même à travers le monde ? Où aimeriez-vous jouer avant de mourir ?


Jake : Nous aimerions vraiment jouer plus, mais nous avons des jobs et des responsabilités à la maison qui nous empêchent de faire plus ; cependant nous avons joué en Californie et dans l’Oregon l’an dernier. C’était notre première année de tournée avec le groupe et nous avons appris plein de choses sur nous-même. Nous parlons à l’occasion de tourner aux USA, en Europe, au Mexique et en Amérique du Sud, mais cela requiert un plus haut niveau de succès. Un jour peut-être, croisons les doigts 😊 !


Tiffany : Nous avons eu l’occasion de jouer en Californie l’an dernier mais cela reste toujours sur la côte ouest des États-Unis. Je ne serais pas contre un voyage en Europe, mais tout dépend de la possibilité de prendre congé du travail. Il faut bien payer ses factures.



17/ Qui a fait la pochette d’Arcano Chemical ? Pourquoi avoir choisi ce design ?


Jake : l’artiste en question est un instagramer du nom de pla.g.u.e : https://www.instagram.com/pla.g.u.e/

Il est originaire d’Argentine. Je l’ai découvert car il a designé la cover de l’album « Fight the Future » du groupe Primitive Knot’s. https://primitiveknot.bandcamp.com/album/fight-the-future

Je suis entré en contact avec lui et il a été très réceptif. Je lui ai fait un topo sur ce que nous recherchions et il a fait quelques croquis. Cela a été très rapide.


Tiffany : Il était essentiel pour nous d’intégrer la fleur de Datura dans le design. Cela s’est parfaitement bien déroulé et on ne pouvait pas être plus satisfaits !




18/ Okay, préparez-vous à affronter la question la plus difficile du zine : quels sont vos plats et boissons favori·te·s ? Avez-vous une recette spéciale Datura ? :-D


Jake : C’est clair que c’est ardu comme question ! J’aime les tacos, la cuisine Thaï / Vietnamienne et les sushis. Ma femme et moi aimons beaucoup cuisiner à la maison : beaucoup de plats à emporter en fait, ainsi je peux manger sainement au travail. J’aime les bières IPA mais j’ai arrêté l’alcool en ce moment et je bois beaucoup de softs : eaux gazeuses, thé et café.


Tiffany : Haha ! Trop dur ! Concernant la nourriture j’aime les tacos, le pho, les pizzas et les sandwichs de qualité avec du bon pain (le pain c’est la vie !). Je suis nulle à chier en cuisine donc j’aime bien qu’on cuisine pour moi et j’aime goûter plusieurs fois car la première impression n’est pas toujours la bonne. En ce qui concerne les boissons, je bois beaucoup de thé à la menthe et la camomille le soir. Si je bois de la bière, je bois généralement de la Rainier en hiver et de la Modelo ou de la Pacifico avec du citron vert en été. En ce qui concerne les alcools forts, je bois plus de whisky de seigle que d'autre chose, mais j'aime bien un bon bourbon. Si je peux goûter un bon cocktail, ce sera un Manhattan, mais si je ne peux pas, je prendrai un Pendleton pur. Je ne veux pas me bourrer la gueule ; je veux m'amuser et ne pas avoir l'impression d’être un sac poubelle vivant le lendemain.



19/ Pouvez-vous citer quelques albums qui vous ont fendus le crâne ces dernières années ?


Jake : Man, tous les albums de Nick Cave and the Bad Seeds de ces dernières années déchirent la gueule. C’était dingue de voir d’autres albums de Johann Johansson sortir après son décès. Ils sont tous excellents. Nous avons joué avec un super groupe de Synth-Wave à Portland : Child of Nights, j’ai adoré leur album : The Walls At Dawn. Il y a un One-Man-Band de Portland qui s’appelle Box ; son nouveau CD, Cherry Blossoms At Night n’a pas quitté mon lecteur de voiture depuis juillet 2022. L’album d’Absent In Body : Plague God est probablement un de mes favoris de 2022. Cela t’écrase l’âme !

Je viens juste de découvrir le groupe de folk Rome et je suis tombé amoureux de leur premier album : Masse Mensch Material. Enfin, les albums What Does Anything Mean ? Basically du groupe The Chameleons et l’album Death de King Dude ont également beaucoup tourné ces derniers mois.



Tiffany : L’album Flee The Light de Calabrese est colossal. Je suis une énorme fan et leur style Horror Rock me convient parfaitement. J’aime beaucoup les musiques vintages, notamment celles de la fin des années 50 et du début des années 60. J’écoute beaucoup de groupes de ce style. Spook-o-Rama du groupe Messer Chups m’a attiré l’œil sur bandcamp avec leur artwork bien sinistre. Le son de guitare fait légèrement penser au surf-rock. J’ai écouté The Cramps non-stop durant les 5 dernières années. Smell of Female, A Date With Elvis et Stay Sick m’ont vraiment marquée. La Luz a pas mal tourné aussi avec leurs harmonies vocales au cordeau et leurs sonorités surf/psyche. Tous les albums sont bons. Shannon and the Calms a également cette patte 60’s et pas mal de chansons font penser aux groupes doo wop de l’époque et la reverb fait qu’on a l’impression de l’écouter sur un poste de grand-mère.



20/ Souhaitez-vous ajouter quelque chose ? Vous pouvez y aller c’est gratuit hehe.


Jake : J’aimerais remercier notre public qui nous soutien en dehors des USA. Internet est un outil incroyable pour toucher des gens originaires des 4 coins du monde : Mexique, Amérique du Sud et Centrale, Europe, Israel, Russie, Japon… C’est juste hallucinant. Il y a de nombreux DJ qui passent notre musique dans leur set-list et cela nous touche beaucoup que les gens aiment et partagent notre musique. Enfin, merci à celles et ceux qui sont venus nous voir jouer sur scène. C’était un plaisir de vous rencontrer ! On se voit bientôt !


Tiffany : Merci beaucoup de nous avoir interviewé et de suivre notre musique. Nous espérons pouvoir vous en proposer d’autre prochainement.



21/ Merci beaucoup d’avoir répondu à mes questions. En espérant vous voir sur scène un jour 😊

Cheers !


Datura : Cheers !







70 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page