Interview - NOX NOVACULA - Août 2022


Si vous ne connaissez pas Nox Novacula, groupe de Post-Punk mortel venu de l'enfer de Seattle, ruez-vous sur l'album Ascension immédiatement, vous ne le regretterez pas. Ce quatuor est typiquement le genre de groupe que nous souhaitons mettre en avant chez Jeu D'Ombre. Une musique sincère, puissante, évocatrice... C'est donc avec joie que nous vous proposons cet entretien réalisé il y a quelques mois.

Propos recueillis par Xzvrey en Août 2022.




1/Salut Nox Novacula ! Comment allez-vous ? Si je ne me trompe pas vous êtes de Seattle, Washington, USA n'est-ce pas ? Comment se portent les scènes Post-Punk/Goth chez vous ?

Hello ! Tout va bien, nous revenons juste d’une tournée de 6 semaines, donc nous nous réadaptons au rythme habituel du monde réel. Nous venons de Seatle, Washington. La scène Post-Punk/Goth est plutôt bonne ici. Il y a quelques très bons groupes dans cette ville. Il y a beaucoup plus de groupes de métal et de rock-indé en réalité mais chez nos voisins du sud (Portland) et du nord (Vancouver), il y a des tonnes de bons groupes Post-Punk/Goth ! Donc ces scènes sont plutôt vivantes et se portent bien dans le « Pacific Northwest ».



2/ Votre album : Ascension est sorti il y a un an. Êtes-vous satisfaits des retours que vous avez eus ? Avez-vous eu l’occasion de défendre ce nouvel album sur scène ?

Ezra : Nous sommes très fiers de notre premier LP : Ascension. Il s’est beaucoup mieux vendu que ce que nous espérions. Nous en sommes au second pressage et il y en aura probablement un troisième au printemps prochain.

Concernant le fait de le défendre face à un public, je pense que nous sommes meilleurs sur scène que sur un enregistrement. Nous aimons jouer live et nous nous éclatons vraiment beaucoup quand cela arrive !


Charlotte : Je suis satisfaite des retours reçus concernant Ascension. Nous avons beaucoup travaillé, avec amour, pour sortir ce disque et je suis très fière du résultat. C’est assez rare pour moi, car j’ai tendance à être très autocritique. Je suis d’accord avec Ezra pour dire que, même si j’aime nos enregistrements, il y a une énergie sur scène qu’il est difficile de retranscrire en studio.





3/ Votre première sortie était un EP en 2018. Il était déjà très solide d’ailleurs. J’ai chopé le CD « The Beginning » qui est en réalité une compilation de vos deux EP. Mais ! Il semble que le titre « Waiting » (sur le EP de 2018) ait été renommé « Waiting For The Fall » pour le CD : The Biginning. Avez-vous réenregistré le morceau pour l’occasion ?

Nous ne l’avons pas réenregistré. Il était supposé s’appeler « Waiting For The Fall » dès l’origine. On s’est arrangés pour l’écrire correctement la deuxième fois sur The Beginning hahaha.



4/ Vous avez directement commencé à dealer avec Bat-Cave Productions (originaire de Pologne) pour le CD « The Beginning » et pour votre album. Comment êtes-vous entrés en contact avec Tomasz ? Vous arrive-t-il d’écouter d’autres groupes signés chez Bat-Cave ?

En fait, c’est Tomasz lui-même qui nous a contactés. Nous avons ensuite demandé à quelques amis dont les groupes étaient signés sur son label de nous donner leur avis. Tout le monde a été très élogieux à son égard. Nous avons eu l’opportunité d’aller jouer pour son fest : le « Return To The Batcave » à Wroclaw (Pologne) et on a traîné un peu avec lui ensuite ; c’était en 2019. Nous nous sommes vraiment beaucoup marrés et il nous tarde d’y retourner. Oui ! Nous avons écouté et joué avec beaucoup de groupes signés chez Bat-Cave. Tomasz est vraiment quelqu’un de très important pour les groupes dans cette scène. Il distribue énormément de très bonnes musiques de groupes qui n’auraient pas eu cette opportunité autrement. Lui et son équipe sont des joyaux bruts !



5/ Parlons maintenant de l’histoire de votre groupe. Comment Nox Novacula a été formé ? Avez-vous eu des changements de line-up ? Quels sont les buts du groupe ?

Ez : Nox Novacula a vu le jour car je voulais vraiment démarrer un nouveau projet musical plus sombre. Charlotte et moi travaillions ensemble dans un bar karaoké à l’époque ; je savais donc que c’était une excellente chanteuse et elle a rejoint le groupe. Dav est un ami de longue date qui a joué dans une tonne de groupes. Il avait un DJ set goth une fois par mois auquel nous assistions ; je savais donc qu’il était féru de musiques goths. Je lui ai donc proposé de rejoindre le groupe. Zu et moi-même avons joué ensemble dans un groupe Thrash et je savais que c’était une excellente guitariste ; elle a rejoint l’aventure également. Le premier morceau que nous avons travaillé était « Alice » de Sisters Of Mercy.

Par chance, nous n’avons eu aucun changement de line-up. Nous étions tous de bons copains avant le début du groupe et nous sommes devenus une famille. Notre but pour le groupe est d’aller aussi loin que possible. Peut-être même qu’un jour nous ne serons plus obligés de travailler dans des bars pour payer nos factures.


C : Nous adorons jouer sur scène et un des buts du groupe est de jouer dans autant de lieus que possible. Nous espérons revenir en Europe le plus vite possible et aller jouer dans des pays que nous n’avons pas encore eus l’occasion de visiter.


Zu : J’aimerai vraiment tourner au Mexique et en Amérique du Sud un de ces jours et jouer pour de plus gros festivals aussi. Nous nous sommes vraiment éclatés durant les festivals pour lesquels nous avons joué. Élargir notre public, jouer et passer du bon temps avec les groupes qui nous ont influencés est toujours gratifiant.




6/ Parlons un peu de vos paroles si vous le voulez bien. En général, quelles sont vos inspirations pour écrire les lyrics ? Qui les écrit au fait ?

C : J’écris toutes les paroles. Je dirais que la plupart de mes textes sont soit une sorte d'exercice cathartique pour faire face aux injustices du monde dans lequel nous vivons, soit, ils sont tirés de ma propre expérience de vie et problèmes personnels comme la dépression, les addictions et les abus. J’ai tendance à me définir comme personne plutôt « ajustée » et amicale malgré toute la rage que je traîne avec moi au quotidien. Je pense qu’exprimer une partie de cette rage quand nous jouons est une très bonne chose pour ma santé mentale.







7/ Plus précisément : les paroles de la chanson « Against The Wall » sont vraiment glaçante et effrayantes. Cela me fait penser au totalitarisme, au fascisme. Suis-je dans le vrai ? En-tout-cas, c’est un excellent morceau !

C : Pour sûr, « Angainst The Wall » est un appel à l’aide qui vient du fait de vivre sous le joug d’un système (injuste ?), peu importe comment on l’appelle : capitalisme, fascisme, impérialisme etc. C’est cette force d’oppression qui nous fait nous sentir si impuissants et incapables de changer quoi que ce soit pour le rendre meilleur. Même si les paroles sont plutôt déprimantes, j’espère ne pas être trop pessimiste non plus. Pour moi, c'est plus un cri de ralliement qui surgit quand on réalise qu'il n'y a plus rien à perdre, alors pourquoi ne pas essayer quelque chose de nouveau ?



8/ Êtes-vous parfois dégoûtés ou même effrayés par le monde normatif moderne ? Quels est votre sentiment quant au fait d’être fan de Post-Punk/Goth au milieu d’une masse de gens qui n’ont rien à foutre de ces musique ou de ce mode de vie ?

Zu : Déshumaniser les gens jour après jour est l’outil des oppresseurs et des facistes. L’ennemi est l’oppresseur fasciste, pas les gens qu’on croise au quotidien. Alors que le monde normatif est sous la domination de celles et ceux qui veulent en demeurer les maîtres·ses, nous essayons de nous hisser au-dessus de cette tentative de nous diviser. Nous avons également des amis dans d’autres sous-cultures (Punk, Crust, Métal) et nous avons fait partie de ces scènes nous-mêmes. Bien que nous ne partagions pas les centres d’intérêts des gens issus du monde normatif, je n’irais pas leur dire que ce qui les intéresse est moins important que nos goûts à nous. Bien que tout le monde ne le comprenne pas, nous luttons tous contre la même force d’oppression et d’exploitation. Une partie des efforts visant à créer une scène diversifiée et inclusive où nous pouvons tous nous sentir à l’aise consiste à respecter la diversité des goûts, même si nous ne partageons pas les intérêts des gens pour ceci ou cela. Il faudra un énorme effort de compréhension et d'unification du peuple si nous voulons commencer à reprendre un peu de pouvoir à la classe dirigeante qui contrôle nos vies.


C : Le monde dans lequel nous vivons m’effraye et me rend triste tous les jours. Surtout quand on vit aux Etats-Unis où les choses sont incroyablement sombres de nos jours, politiquement, socialement, économiquement, tout semble parfois désespéré. Malgré cela, je suis vraiment reconnaissante que nous ayons cette sous-culture et cette communauté tant localement qu’à l’international. Au moins, une bonne chose qu’internet nous a apportée et le fait de pouvoir connecter toutes nos petites scènes les unes aux autres sans effort. Je crois que les temps sont durs pour beaucoup de gens aujourd’hui. C’est pourquoi il est si important de prendre soin de notre petite scène musicale et d’y trouver du réconfort dans tout ce qu’on peut. Pour beaucoup, c’est ce qui nous maintient en vie.




9/ Vous vivez à Seatle, là où le mouvement grunge était très développé durant la période 90’s. Écoutez-vous un peu de musique grunge ou, au contraire, est-ce un style que vous abhorrez ? Comment se porte la scène musicale en général dans votre ville ?

E : Je crois qu’au moins une partie d’entre nous écoutait du grunge. C’est quelque chose qui n’existe plus à Seattle à part pour quelques touristes nostalgiques çà et là. Je ne crois pas que nous détestions un style de musique en particulier. Il y a de bonnes et mauvaises productions dans tous les styles.


Dav : Alice in Chains était un groupe génial de cette période-là. À part eux, je dirais que Mark Lanegan est également un grand compositeur de cette époque et qu’il l’est encore aujourd’hui. Il a continué à s’adapter et à rester dans le coup jusqu’à la fin.


C : Je n’ai pas grandie à Seattle, mais à New York City dans les années 90, mais je dois admettre qu’à cette époque, quand j’étais enfant, j’étais plutôt fan de Nirvana et Alice In Chains. En revanche, je n’ai plus jamais réécouté Nirvana depuis, j’en ai fait une overdose à l’époque je pense.


Z : J’ai beaucoup aimé l’album « Louder Than Love » de Soundgarden lorsqu’il est sorti, mais je ne m’intéresse pas à leurs albums postérieurs. Je n’arrive plus vraiment à écouter ce genre de musique aujourd’hui. J’aime bien écouter l’album Ultra Mega OK de Soundgarden qui est sorti vers la fin des années 1980 et j’ai le sentiment qu’il sonne plus comme une prod de la fin des 80’s qu’une prod grunge des années 90.



10/Pouvez-vous recommander quelques groupes originaires de votre région (récents ou non) ? Partagez-vous la scène avec une partie d’entre eux ? Y a-t-il un groupe avec lequel vous aimeriez vraiment jouer un jour ?

Dav : Profit Prison, Nyx Division [NDLR : ça déchire], Deas Spells & Spectres sont des groupes de la région avec qui nous avons joué. Il y a tant de bons groupes dans d’autres styles avec qui nous avons joué.

Nous aimerions partager l’affiche avec The Cult, Fields of the Nephilim, Killing Joke, Sisters of Mercy et Danzig.


C : D’accord avec Dav concernant les groupes qu’il a cité ! J’aime aussi beaucoup Light Asylum de Portland, notre ami vient juste de sortir un superbe album de néofolk sous le nom : Serpentent. Un groupe qui n’est pas de Seattle, mais de Los Angeles : Spike Hellis figure parmi mes favoris ; ce sont des gens radicaux et j’espère pouvoir jouer avec eux de temps en temps. Enfin, j’adorerai partager la scène avec nos amis d’Horror Vacui ! [NDLR : groupe italien de malade, nous aussi on aimerait jouer avec eux haha].





11/ Comment avez-vous découvert les scènes Post-Punk/Goth ? Est-ce récent ou aimez-vous ces musiques depuis votre enfance ? Pouvez-vous citer quelques-uns de vos albums préférés « please » ?

Dav : J’ai découvert ces scènes lorsque j’étais au lycée, dans une petite ville du nord du Colorado. Quelques amis et moi avions fait le mur durant quelques week-ends et étions allés dans des dance-club de la ville comme Rock Island et Ground Zero. Les scènes Goth étaient vraiment balaises dans le Colorado à l’époque (années 90).

Cortex - Spinal Injuries, Killing Joke - Pandemonium, Death Cult - Collection, The Devil's Blood - The Time of No Time Evermore. Je suis un gros boulimique de disques donc ce ne sont que les premiers qui me viennent en tête.


C : J’ai commencé à m’intéresser à la musique au début de l’adolescence, mes parents étant investis dans la musique et plus particulièrement le punk des années 1970. J’ai donc eu la chance de découvrir des groupes comme The Clash, Ramones, Sex Pistols très tôt. Ma première obsession a été le Glam Rock, surtout David Bowie et plus tard, j’ai découvert The Cure et Siouxsie & The Banshees qui ont été mes portes d’entrées dans l’univers Goth et Post-Punk. J’ai toujours eu des goûts musicaux éclectiques et j’écoute pas mal de genres différents dont le métal et le punk, du hip-hop et de la soul old-school ainsi que du R&B ; mais les styles Post-Punk/Goth sont certainement mes préférés. C’est difficile pour moi de lister mes albums favoris, mais si je devais en choisir quelques-uns de mes tops en Post-Punk/Goth je dirais : Chameleons - Script of the Bridge, Nick Cave and the Bad Seeds - Murder Ballads, Siouxie and the Banshees - Kaleidascope, Skinny Puppy - Remission, Ministry - Twitch, Depeche Mode - Violator, The Cure - Disintegration, Xmal Deutschland - Fetisch, SPK - Machine Age Voodoo


Ezra : J’ai commencé à aller voir des concerts de punks dans des sous-sols et des maisons quand j’avais dans les 13 ans. Cette scène m’a beaucoup inspiré et m’a donné envie de jouer dans un groupe et de faire de la musique. Jusqu’à il y a peu, j’ai continué à tourner et à jouer dans des sous-sols, squats, salons etc. J’apprécie toute sorte de musique. Je me suis toujours senti plus ou moins comme un poser dans toutes les scènes dans lesquelles j’étais investi étant donné que je n’arrivais pas à citer les noms des membres des groupes les « plus influents », quel que soit le genre. Mais je sais que j’aime la musique, j’aime en jouer et aller voir des concerts et cela inclus bien sûr les scènes Post-Punk/Goth. Quelques-uns de mes albums favoris : Sister of Mercy - Floodland, Pharcyde - Labcabincalifornia, Judas Priest -Defenders of the Faith, Painkiller, etc. Killing Joke, Scorpions - Lonesome Crow, Lady Gaga - The Fame, etc, etc.



12/ Pouvez-vous présenter le line-up actuel du groupe s’il vous plaît ? Est-ce qu’une partie d’entre vous joue dans d’autres groupes ?

Charlotte - Chant

Dav - Basse/synths

Zu - Guitares

Ezra - Batterie/samples


C – Aucun de nous n’est investi dans d’autres projets, par contre, il m’arrive de faire de l’électro malsaine à la maison de temps en temps.



13/ À part la musique, qu’est-ce que vous aimez ? Avez-vous d’autres activités ou passions ? Peut-être un job aussi ?

Zu - J'aime personnellement faire de la randonnée dans les montagnes proches de Seattle. Les chaînes de montagnes des Cascades et du parc national Olympic, qui se trouvent respectivement à l'est et à l'ouest de Seattle, offrent d’excellentes possibilités pour s'éloigner des gens et se retrouver dans un environnement d'une grande beauté naturelle. Les forêts pluviales tempérées de la péninsule olympique sont parmi les plus grandes de leur genre. Cet écosystème m'a suffisamment inspiré pour que j’entreprenne des études des sols qui se forment sur les branches des vieux érables à grandes feuilles. C’était mon sujet pour la licence en sciences que j'ai obtenue à l'université de Washington peu avant notre tournée européenne de 2019. Le problème, c'est que je gagne toujours mieux ma vie dans le secteur des services que si je faisais une carrière en me basant sur mon diplôme. À long terme, je pourrais poursuivre un master en conseil, mais pour l'instant, Nox Novacula est ma plus grande priorité.


C – Je travaille beaucoup plus que ce que j’aimerais, mais quand je ne suis pas au travail, je fais de l’haltérophilie, je joue du synthé et je travaille sur mes samples à la maison. Je cuisine et je regarde des films d’horreur des années 80. Malheureusement, le coût de la vie est très élevé à Seattle donc je passe beaucoup trop de temps derrière un bar. Cependant, je travaille pour une grande salle de concert, ce qui est cool, car j’ai de temps à autre l’occasion de travailler pour de chouettes concerts. J’aimerais avoir plus de temps pour faire la musique, de la création, lire des livres et faire de l’exercice, mais on fait avec !


Ezra – Je fais du bartending, je suis aussi mécano, mais, travailler dans un garage n’est pas vraiment compatible avec les voyages donc je travaille à la maison en réparant les voitures de mes amis. J’aime aussi me promener avec mes chiens, explorer les routes autour du nord-ouest du pacifique dans mon véhicule, voyager, traîner çà et là et travailler dans ma maison.



14/ Comment vous organisez-vous pour les répétitions ? Qu’est-ce que vous aimez faire après ? Glander et traîner ensemble ? Boire des coups en écoutant de la musique ?
Concernant la composition, qui écrit ? Est-ce que tout le groupe participe à la création des riffs par exemple ? Dans quel état d’esprit avez-vous besoin d’être pour avoir les conditions les plus propices à l’écriture ?

Dav – En ce moment, il nous est plus difficile de nous organiser qu’auparavant, mais nous nous en sortons. Nous avons tous un emploi dans le secteur des services et notre temps est quelque peu limité. Quand nous sommes ensemble, nous en faisons le plus possible. Concernant l’écriture des morceaux, tout le monde participe. Parfois, les choses ne prennent qu’une après-midi, parfois, il nous faut des mois pour écrire un titre. Tout dépend de ce qui nous fait vibrer à ce moment-là.


C – Notre style d’écriture est très collaboratif. En général, quelqu’un arrive avec un riff ou quelques idées et tout le monde travaille dessus ensemble jusqu’à avoir les bases nécessaires pour une composition. Ensuite, je rajoute les paroles et la chanson est quasiment complète. Étant donné que nous travaillons tous ensemble, cela peut parfois ralentir le processus de composition, car nous devons tous travailler sur les nouvelles compositions en plus de travailler les anciennes pour les concerts à venir. Comme pour toute activité créative, nous sommes parfois très prolifiques, et parfois moins. Nous travaillons actuellement sur de nouveaux titres et espérons pouvoir sortir une nouvelle prod tôt ou tard.


Zu – J’adore écrire des parties de guitares par-dessus les lignes de basse que Dav rapporte mais j’aime également voir les riffs que je propose être transformés en quelque chose de plus costaud à partir du moment où nous les travaillons tous ensemble. Je suis très enthousiaste à propos des nouveaux morceaux que nous sommes en train de créer et j’attends impatiemment que nous les testions sur scène pendant notre future tournée sur la côte ouest en Septembre 2022.




15/ Ok, celle-ci, c’est une question de musicien, j’en ai peur haha : sur quel genre de matériel jouez-vous ? Je veux dire les instruments, amplis etc…

Dav – Je joue sur un synthé Roland sur scène et j’ai un Korg que j’utilise pour d’autres trucs. J’ai une Jazz Bass depuis quelques années et une sélection de pédales que j’utilise et qu’il faut réparer de temps en temps. Vu que nous tournons souvent, les amplis sont devenus plus petits aussi haha.


Zu – Durant les premières années de Nox Novacula, je jouais sur un Yamaha T-100 à lampes. C’est un ampli créé par Mike Soldano, le fondateur de Soldano amplifiers, mais il a été assemblé dans une usine Yamaha et était donc plus abordable. Vu sa valeur, la pénurie actuelle de lampes et la fréquence des vols de vans et de matériel dans ce pays, j'ai récemment décidé de jouer avec un Pedal Baby de chez Orange. Le pedal baby est connu pour amplifier le véritable son de ton pedal board, ce que j’aime vraiment bien. J’utilise une reverb Electro-Harmonix Holy Grail, un delay MXR Carbon Copy, enfin, j’ai récemment opté pour une distorsion Wampler Tumnus. L’album Ascension a été enregistré avec le T-100 et une distorsion Ibanez Tube Screamer. J’ai ensuite opté pour cette nouvelle excellente pédale dont je parle et je suis très satisfaite du son. Je joue sur un cab 4 !2 » et une Gibson Les Paul.


Ezra – Je joue sur une batterie Ludwig Classic et j’utilise un pad Roland SPD-SX pour les samples. J'utilise le pad pour contrôler les déclencheurs de la grosse caisse et de la caisse claire, ainsi que pour envoyer une piste de clic dans mon casque afin de rester en phase avec toutes les parties de synthé qui sont pré programmé dans le pad. Clairement, c’est le set le plus « high-tech » que j’ai pu utiliser jusqu’à aujourd’hui, mais les possibilités sont illimités, cela nous ouvre des portes pour utiliser des backing tracks, des batteries électroniques, des samples issus de films ou de clips.



16/ C’est l’heure de la tradition héhé, toutes les personnes interviewées dans Jeu D’Ombre doivent en passer par là : quels sont vos plats et boissons favoris ? Avez-vous une recette spéciale ?

Dav - J'adore un bon chili relleno. S'il y a de la tequila dedans, je vais probablement le boire.


C – J’ai beaucoup de plats favoris : j’aime toutes les sortes de nourriture asiatique, mais, un de mes mets préféré serait le Bun Bo Hue. C’est une soupe de nouilles vietnamiennes épicée avec de fines nouilles de riz ; si vous êtes malades, cela vous soignera ! Par chance, il y a beaucoup d’excellente nourriture vietnamienne ici, à Seattle. Ma boisson préférée est sans aucun doute un bon verre de Fernet Branca Menta. Concernant une recette, je dirais mes lasagnes perso, j’en fais un plat géant tous les ans pour Noël et j’invite les membres du groupe et quelques amis pour le dévorer.


Zu – J’aime une bonne margarita et je bois aussi souvent de la tequila (pure). Cela vaut surtout pour la tequila reposado. Ceci dit, j’aime aussi un bon vin rouge type Malbec. J’aime cuisiner, et, étant donné que les états du nord-ouest américain regorgent de bons ingrédients locaux, je partagerai avec vous deux de mes recettes :

Dans les montagnes forestières avoisinantes, on trouve des chanterelles (champignons). Je commence par faire sauter des oignons et de l’ail dans de l’huile d’olive et j’ajoute de la sauge fraîche de mon jardin, du vin blanc, du sel et un peu de beurre. J'ajoute ensuite les chanterelles et les fais sauter avec des pommes de terre fingerling cuites à la vapeur (également cultivées dans l'État de Washington) que je coupe en deux dans le sens de la longueur.

Un autre ingrédient : le délicieux saumon d’Alaska. J'aime faire un mélange sucré et épicé avec ce saumon, du poivre de Cayenne, du poivre noir et de l'ail, avec des tranches de mangue posées sur le dessus avant la cuisson. Cela vous permet de cuisiner sans huile pour ce plat tout en gardant le poisson tendre et délicieux.


Ezra – Pizza, bière !



17/ Parlons maintenant de la scène en général. Que pensez-vous de l’underground Post-Punk/Goth aujourd’hui ? Pour moi, il y a des tonnes d’albums intéressant produits tous les ans, surtout depuis 2009~2010. Êtes-vous d’accord ?
Avez-vous écouté d’excellents albums ces dernières années ? Pourriez-vous en lister quelques-uns pour nos lecteurs·trices s’il vous plaît ?

Dav – Je crois que le premier album de Belgrado est sorti en 2010 ? Tout comme l’album Absolute Dissent de Killing Joke, Pop Crimes de Rowland S. Howard et Ankoku Butoh de Faith & The Muse. Il y en a bien d’autres que j’ai oubliés.


C – Je trouve qu’il y a plein de bons groupes en ce moment et c’est une époque très excitante pour notre sous-culture. Les artistes qui ont sorti des albums que j’ai adorés seraient : Kontravoid, Belgrado, Sextile, Siekiera, Rendez Vous Tempers et Bragolin, juste pour en citer quelques-uns. J’aime aussi le revival Hi-NRG/Italo Disco, représenté par des groupes comme Nuovo Testamento, Riki, Profit Prison et Ritual Veil.



18/ Achetez-vous souvent des disques ou non ? Avez-vous un format favori ? Pourquoi ?

Dav – J’achète beaucoup de vinyls. C'est contraignant, lourd et ça prend beaucoup de place, mais j'adore.


C – J’achète aussi beaucoup trop de disques, en plus ma platine m’a lâché donc j’ai plein de disques et aucun moyen pour les écouter là. Quelle tragédie ! Dav et moi sommes DJ à l’occasion donc je suis toujours à la recherche de nouveaux albums et singles.








19/ Parlons un peu de fanzines maintenant. Peut-être qu’un jour, Jeu D’Ombre sera édité en format papier si nous avons suffisamment de contenu. Avez-vous des fanzines papier qui traitent des scènes Post-Punk/Goth aux USA ? Pensez-vous que c’est une bonne idée de faire un zine aujourd’hui ou est-ce que ça craint un max selon vous ?

C – Malheureusement, les zines et les médias écrits en général sont décidément peu populaires par rapport à avant. Quand j’étais petite, les zines étaient très populaires et j’adorais en lire et en échanger. De nos jours, il semble qu’il n’y ait plus de place pour eux, mais j’ai l’impression qu’ils font un retour ces dernières années. Chez nous aux États-Unis, nous avons le magazine Procession qui est plutôt cool et imprime des numéros. Il doit y en avoir d’autres, mais je n’en ai pas connaissance.

20/ Aurais-je oublié quelque chose ? Avez-vous une promo, un avis ou un message d’alerte à transmettre à notre lectorat ? Vous pouvez aussi tenter une invocation démoniaque si vous le souhaitez, c’est open bar là !

C – La seule chose que j’aimerais rajouter pour le lectorat européen serait de garder un œil ouvert, car nous projetons de revenir chez vous bientôt ! Vous pouvez nous trouver via les réseaux sociaux et bandcamp pour rester informé·e·s concernant nos tournées et sorties.


21/ OK, c’est terminé pour aujourd’hui, merci beaucoup pour votre temps. Je vous souhaite beaucoup de bons moments avec Nox Novacula.
Continuez comme ça et offrez-nous encore de bons albums, on soutiendra !
Infernal hailz ^^ !

Thank you! We appreciate it.





76 vues0 commentaire