top of page

Interview - THE CEMETARY GIRLZ - Janvier 2023



The Cemetary Girlz, c'est un peu le groupe qui, personnellement, m'a fait découvrir la scène Goth-Deathrock actuelle. Et quelle découverte ! L'album Opus Vitae de 2013 reste encore gravé dans ma mémoire et me tabasse encore les tympans régulièrement.

Entité française importante, le trio reviens depuis peu sur le devant de la scène avec un single très convainquant : Eternal Night sorti en mai 2022 qui nous laisse espérer un nouvel album pour bientôt.

Propos recueillis par Xzvrey en Janvier 2023.




1/ Salutations à vous ! Pourriez-vous nous dire un peu quelles sont vos activités en ce moment avec The Cemetary Girlz ? Vous avez sorti un nouveau single récemment : Eternal Night.
Peut-on espérer un nouvel album pour bientôt ?

Alien : Salut : ) Oui Eternal Night est sorti le 22 mai à l’occasion du World Goth Day, l’album arrive prochainement, pendant que l’on écrit, le master et la pochette partent à l’usine ^^.

Divarre : Salut ! Merci avant tout de ton intérêt pour notre musique. L'album sera disponible dans les prochains mois. Ça a été un processus plus long que prévu, et on est très reconnaissant de la patience des gens qui nous suivent et nous soutiennent, qui ont aimé les singles, et qui attendent depuis l'album précédent. On a hâte de le sortir et de pouvoir se focaliser sur la suite.

Sioux Side : Salut! Je suis particulièrement ravi de la sortie de cet album où j’ai participé pour la première fois. Celui-ci sera toujours aligné sur l’esprit des Cemetary Girlz, avec une teinte un peu plus sombre je pense, et qui illustre bien notre trio actuel.




2/ Pourriez-vous nous narrer un peu l’histoire de votre groupe ? Vous existez quand même depuis 2007 si j’en crois votre bandcamp, c’est bien cela ?

Alien : Nous fêtons les 15 ans de Cemetary Girlz cette année ! l’histoire du groupe, c’est d’abord une grande famille, nous avons eu plusieurs line up différents, qui ont du évolué pour des raisons professionnelles, Manu Zorch, Romeo, Little Spigaou et Elvira ne sont plus ‘actifs’ dans le groupe, mais font clairement partie de l’histoire Cemetary Girlz.

Divarre : J'ai rejoint le groupe vers 2009 pour les lives. Alien cherchait quelqu'un pour la batterie et je connaissais les morceaux comme j'avais donné un coup de main sur la production du premier album. Ça a été quelque peu mouvementé après le second album. Beaucoup de changements dans nos vies, aussi des incertitudes. Mais on est encore là. Année après année, plusieurs autres personnes ont choisi de donner un bout de leur vie au projet, ont permis de le faire exister, malgré la distance, malgré le temps, malgré les contraintes et les difficultés, et nous resterons à jamais liés.

Sioux Side : J’ai été invité à entrer dans les Cemetary par AlienSPagan il y a environ 4 ans, dans le sous-sol de la Cantada II, où j’avais l’habitude de boire de l’absinthe, servit par lui-même. C’était une période assez trouble pour chacun d’entre nous et l’on s’est rejoint tout naturellement sur l’envie de faire de la musique ensemble. Je n’ai pas hésité une seconde lorsqu’il m’a proposé de prendre la basse pour le prochain album. Je suis vraiment honoré de participer à l’histoire de ce groupe.



3/ Vous pratiquez un style vraiment personnel, je trouve, en tout cas cela m’a frappé quand j’ai écouté le CD de Opus Vitae pour la première fois (et aujourd’hui j’ai toujours ce sentiment d’écouter une musique unique). Quel genre musical pratiquez-vous selon vous ?

Alien : Alors clairement merci de dire que notre son est unique ! c’est clairement ça, on a beau avoir des influences qui viennent du Goth, du black metal, de la new wave/post punk ou de l'électro, nous avons clairement notre son Cemetary ! Et le genre musical, moi je mets un point d’honneur à dire que c’est du Goth. Cemetary Girlz ça vient du cimetière, y’a de la brume, de l’ancien, de la beauté, de la mélancolie, des corbeaux, des vampires, la mort et l’amour.

Divarre : Merci à toi ! Alien donne l'âme au groupe et on se laisse en même temps une grande liberté pour écouter les idées que chacun souhaite exprimer, ce que chacun aime et veut jouer. Le prochain album devrait encore plus brouiller les pistes, tout en restant dans la continuité de notre son. Je reste pour ma part un grand fan de death rock, et c'est un honneur de pouvoir jouer nos morceaux devant un public et d’être écoutés.

Sioux Side : Ce qui m’a plu dans la démarche Cemetary, c’est cette recherche de son propre son (malgré l’étiquette Deathrock)et de vouloir diffuser une ‘aura’, représentant nos influences des 80’s. On a tous des influences communes, et pour le dernier, on a chacun mit notre grain de sel. Ça a créé une magie instantanée, sans batailler pour avoir une cohérence. Elle était présente sans trop d’effort !





4/ Quelles sont les sources d’inspiration en ce qui concerne vos textes ? Avez-vous également des groupes / albums de référence qui ont influencé votre musique ?

Alien : Pour les textes, je m’inspire souvent de rêves, j’essaye de décrire des instants, des lieux, il y a énormément de mélancolie. Il y a beaucoup de groupes et d’albums qui m’ont/nous ont inspirés, même si ça ne s’entend pas forcément, The Sisters of Mercy : First and last and always, Christian Death : Only Theatre of Pain, Chameleons : Script of the bridge, Rudimentary Peni : Death Church, The Sound : From the lions Mouth, les premiers misfits avec Glenn et tant d’autres!

Divarre : Éternellement fan des premiers Christian Death, The Sound, The Chameleons. Je pense qu'on a tous pas mal voyagé musicalement. Les nouvelles expériences permettent de s'enrichir.



5/ Comment se passent les répétitions ? Comment vous organisez-vous pour travailler avec le groupe ? Qui compose ? Qu’aimez-vous faire avant et après une bonne session de répétition / composition avec The Cemetary Girlz ?

Alien : étant donné qu’on habite a environs 1700km de distance, c’est un peu compliqué ( j’ai quitté Paris il y a quelques années, je suis entre Paris et Reims maintenant, Divarre est à Édimbourg en Écosse, et Sioux à Toulouse. On se voit généralement un peu avant les concerts pour des heures de répétitions intenses, mais on travaille les morceaux chacun de notre côté pour ne pas perdre la main. Même si on ne l’a pas fait souvent, une bonne visite de cimetière y’a rien de mieux ^^

Divarre : Pas toujours facile avec la distance, ça demande du temps et de l'organisation. On a la chance d’être chacun assez autonome, de pratiquer de notre côté et se donner les moyens d'y arriver. Pour la composition et les arrangements du prochain album, ça a vraiment été très collaboratif. Il est réellement la somme de nos trois personnalités, et n'aurait pas vu le jour si l'un de nous n'avait pas été là. Alien est incroyable pour produire des univers et donner âme et corps aux morceaux. Sioux Side a complètement transformé les morceaux en leur donnant une nouvelle dimension dans le son et l'esprit. Pour ma part, j'aime arranger, structurer, développer, ajouter des couches et des détails, expérimenter. Je pense qu’on se complète bien, et on espère continuer encore plus dans cette voie pour la suite.

Sioux Side : La technologie nous permet de nous affranchir des contraintes dû à la distance en effet. On peut facilement répéter chacun dans notre coin et proposer des choses, s’envoyer à chacun par e-mail nos propositions et ça fonctionne. Certes, ce n’est pas aussi rapide que si on habitait tous à proximité, mais on a aussi nos obligations à remplir dans nos vies privées. Pour le prochain album, on a vraiment eu chacun un espace d’expression, où la symbiose s’est opérée presque trop facilement. On reste tous ouvert et on respecte les goûts de chacun. L’équilibre est important dans un groupe et on y arrive! Avant les répètes on parle surtout de là où on en est dans nos vies personnelles. Nous sommes amis avant tout, mais on n'a pas toujours l’occasion de se "mettre à jour". Je pense les surprendre le plus avec ma vie des plus chaotique et on en rigole aussi.



6/ Pourquoi et comment avez-vous choisi le nom The Cemetary Girlz ? Il est vrai que cela sonne drôlement bien. Aviez-vous une idée précise derrière la tête ou est-ce sorti d’un esprit embrumé par une débauche de vin ?

Alien : Alors je mettrais toujours la référence du morceau Cemetery Girl de Penis Flytrap (Dinah Cancer/45 Grave) mais la vraie histoire du nom du groupe me vient d’un souvenir, qui je crois m’a en fait conditionné à être attiré par cet univers “goth/dark”, j’étais à l’enterrement de mon oncle, je devais avoir 8 ans c’était la première fois que je mettais les pieds dans un cimetière, je trouvais le lieu apaisant, les tombes anciennes magnifiques, j’ai eu un sentiment que je n’avais pas eu auparavant, comme si ce lieu était l’endroit ou je savais que je me sentirai toujours bien. Bref, je m'égare, retournons à l'enterrement ! Il y avait une fille “Gothique” qui devait avoir dans les 20 ans qui se baladait dans ce cimetière, je l’ai trouvé tout simplement magnifique, forcément les personnes présentes n’étaient pas enthousiastes par sa présence, ce qui la rendait encore plus spécial ! C’était une fille du cimetière, une Cemetary Girlz.

Divarre : Curieusement, je n'ai appris ça que récemment ! Je crois que je n'avais jamais posé la question directement à Alien.



7/ Allez une nouvelle fois : quand pourrons-nous enfin nous exploser les neurones avec un nouvel album de The Cemetary Girlz ? Avez-vous des idées ? Des concepts de morceaux ? Avez-vous l’envie de composer de nouvelles chansons d’ailleurs?

Alien : Très bientôt héhé, il est parti à l’usine pendant qu’on t’écrit ! On a envie de sortir un nouvel EP pour l’automne 2023 pour Halloween, j’ai déjà commencé quelques compos, on va travailler tous les 3 dessus prochainement.

Divarre : Absolument, ça fait un bien fou de boucler un morceau et de lui donner vie. L’attente pour le prochain album ne devrait plus être longue. Après la sortie d'Opus Vitae et les concerts qui ont suivi, la vie a pris le dessus, j’ai eu quelques expériences douloureuses qui m’ont peu à peu épuisé et vidé de mon énergie. On s'est éloignés quelques instants. Puis, on a écrit et enregistré pas mal de morceaux différents, et on a dû faire des choix à un moment donné pour pouvoir avancer. Ça a été difficile, et Sioux Side a énormément aidé dans ce processus. Des ennuis de santé, heureusement stabilisés, ont encore retardé l’album de quelques années. On espère maintenant sortir des nouveaux morceaux plus rapidement sur cette base.

Sioux Side : Pour ma part, j’aime beaucoup laisser Alien et Divarre proposer des noyaux de morceaux, et ensuite intervenir pour la partie basse et synthé. On a trouvé une bonne cohésion sur cette base au départ, je pense que les recettes qui marchent sont à garder. Et comme j’ai aussi mes propres projets perso, je ne ressens pas de frustration à me greffer sur une idée déjà posée. Je propose, on dispose, ça me va, et on s’éclate trop en live après !



8/ Vos deux albums, Smoke The Brain en 2009 et Opus Vitae en 2013 sont sortis chez Manic Depression Records à l’époque. Comment êtes-vous entrés en contact avec le label ?
Pensez-vous faire appel à eux pour vos futures releases ?

Alien : J’ai rencontré Manic à mon arrivée sur Paris, j’étais assez actif dans la scène à l’époque, entre les soirées et les concerts, avant c’était mercredi Piano Vache, Jeudi katabar, Vendredi Klub et samedi les caves Saint Sabin ou le chapelais, et forcément, Lionel, JL ou Vincent étaient présents au moins une fois.

Divarre : On les connaît depuis un paquet d'années. Ils restent une valeur sûre, ils sont organisés et efficaces. Ils ont été très patients avec nous et on les remercie pour leur soutien.





9/ Parlons un peu du live maintenant. Comment se passent les concerts pour vous ? Quel est votre rapport avec le public durant le set ? Aimez-vous discuter un peu avec les personnes présentes à vos concerts ou restez-vous cachés en backstage ?

Alien : Les concerts, c’est toujours différent, chaque concert, c’est comme une première fois, lieu/public/ambiance différentes qui font que chaque événement est unique. Le rapport avec le public a toujours été le même, je n’aime pas parler dans le micro, je ne suis pas un chauffeur de salle, mais dès qu’on commence à jouer, il y a direct une connexion qui se fait avec le public, on est tous les 3 en parfaite osmose, on adore ce qu’on fait et je pense que le public le ressent et le vis à fond comme nous !

Divarre : J'adore jouer en live. C'est beaucoup d'investissement en temps, énergie et argent, mais c'est ce qui nous permet d'exister. Du fond de la scène, mon rapport avec le public est plus limité, mais je garde toujours un œil ouvert et j'essaye d'adapter mon jeu à la manière dont les gens réagissent. Si ça bouge, je vais chercher à accentuer ce côté-là sur les morceaux. Si l'audience est plus dans l'écoute introspective, je vais peut-être chercher un jeu plus lourd, et voir les réactions. J'aime jouer différemment, ajouter des détails, improviser, que chaque concert soit différent. Pour ce qui y est de discuter, on joue pour notre audience et, par extension, c'est aussi un plaisir de discuter et d'échanger. Ça dépend beaucoup de mon état, je suis assez introverti et je ne peux pas m'empêcher de disparaître s'il y a trop de monde.

Sioux Side : Alors pour moi, jouer en live est une expérience extraordinaire. On a le même état d’esprit, de vouloir proposer une ambiance totalement goth et ça donne une énergie considérable sur scène. On se rejoint sur le fait qu’on aime quand un groupe nous emmène dans un univers parallèle et on se donne à fond. Je fais quelques 'back vocals’ pour soutenir Alien et donner une dimension plus proche des albums, où il y a des doubles voix. On tient vraiment à garder aussi des looks très dark et deathrock. Perso, j’essaie un peu de connecter avec le public, car j’ai bien capté que les Cemetary inspiraient quelque chose de très familier, comme l’esprit d’une époque révolue, mais que tout le monde est ravi de revoir. Et c’est toujours sympa de partager ça avec un public enthousiaste.



10/ On en est à la moitié alors passons à une question déconnade pour varier un peu. Quel est la pire chose qui vous soit arrivée concernant le groupe et qui, avec le temps, constitue un souvenir amusant aujourd’hui ?

Alien : Alors il y en à trop XD, bizarrement à chaque concert, on a toujours eu un truc, un des pires mais qui était quand même un souvenir génial (même si je n’ai moi aucun souvenir) c’était en Allemagne à Freiburg en 2009, je crois, on avait joué la veille en Picardie, et je m’étais retrouvé sans voix, on m’a conseillé de prendre de la vodka, j’ai bu une bouteille entière en début de concert, autant te dire qu’après 3 morceaux, je n’étais plus là ! on a eu de sacrées aventures au Brésil, Mexique et en Russie, mais je te raconterai sur la route xD. Avec Sioux on a eu en très peu de temps des souvenirs super cool On déconne énormément en tournée, on a quand même l’avantage d’être des bons potes qui se connaissent depuis des années.

Divarre : On a curieusement survécu à tout jusqu'à maintenant, et ce n'était pas toujours gagné… On est sans doute morts un millier de fois, mais on est toujours là.

Sioux Side : Ah oui, alors comme je n'ai pas autant d’expérience live avec les Cemetary, je n’ai pas encore une vue objective, mais j’avoue que le Mexique était mémorable. Non pas pour l’accueil du public qui était extraordinaire, mais l’état de santé respectif déplorable. Entre jet lag, oubli de résa d’hôtel, fatigué extrême et tourista, on a eu un vrai parcours initiatique de guerrier. Mais alors, ça restera gravé dans ma mémoire, car je ne pensais pas survivre à autant de difficultés.



11/ Revenons au live : vous avez joué récemment pour le festival Setmana Santa à Toulouse. Comment cela s’est-il passé ? Avez-vous eu du monde ? Comment était l’ambiance durant votre set ?

Alien : Oui, on a eu du monde, après j’avoue que ce n’était pas le type de salle qui est adapté pour notre son, mais bon l’ambiance était trop cool, on a largement dépassé notre setlist et on a eu 2 rappels, les gens étaient super il y avait une osmose de fou !

Divarre : Les orgas, l’ingé son et les gens de la salle étaient aux petits oignons, merci encore au festival et à la Cave à Rock ! Le public était fantastique, des gens qui nous suivaient et d’autres qui nous découvraient. On a joué une grande partie du prochain album. Pas mal de monde est venu discuter ensuite pour partager ce qu’ils avaient ressenti, ça faisait extrêmement plaisir d’avoir une telle réaction.

Sioux Side : On a été superbement accueilli et le live s’est très bien passé. Nous avons eu beaucoup de retours positifs et j’ai personnellement passé un très bon moment. Le public a été extra et on a bien rigolé entre 2 morceaux avec eux.





12/ Avez-vous d’autres projets musicaux à côté de The Cemetary Girlz ou alors d’autres activités liées à la musique ? (Radio, Zine…). Je crois qu’il y a un DJ parmi vous, c’est cela ?

Alien : J’avais un projet Coldwave ‘Roses of Pain’ que j’ai un peu abandonné, j’ai créé aussi un projet fantôme pendant le confinement parce que je me faisais chier chez moi ‘Les Fantômes du soir’, je me suis acheté un synthé et j’ai déliré ! j’ai pour projet de faire un groupe un peu plus Doom/Post Black/Ambiant avec Divarre et Sioux. Je mixe/organise des soirées Goth depuis 2006, j’ai été résident au Klub à Paris, à La Cantada, j’ai mixé un peu partout (GPP Wave Gotik Treffen Leipzig) Brésil, Allemagne etc.. mais j’ai un peu abandonné depuis que j’ai des enfants, je préfère pour l’instant me concentrer à 100% dans Cemetary Girlz.

Divarre : Rien pour le moment. Pour le passé, je jouais dans Deadchovsky, Castrati, parmi d’autres. J’avais un projet plus rock indus sous le nom Alternative Zero, dispo sur Bandcamp, depuis abandonné. J’ai le projet de relancer quelque chose de plus expérimental sous le nom deidra nachdt, et un autre projet défouloir sous le nom SHXT quand je trouverai le temps. Pour le moment, ma priorité est de poursuivre Cemetary.

Sioux Side : J’ai mon projet perso, nommé Mark of the Sphinx*, qui a commencé en 2017. Je compte développer en live en 2023 et continuer à composer. Je participe aussi dans les soirées Goths comme ‘dj’. J’ai eu l’honneur d’avoir été invité à Bogota, pour mixer à ma 1ere soirée goth, en Juin dernier. Notamment avec le batteur d’Oklvta, qui est un très bon groupe deathrock Colombien. Je vous recommande d’y jeter une oreille !


*[NDLR : Excellent album chroniqué dans nos colonnes]



13/ Quelles sont vos passions personnellement ? Je veux dire à part la musique, avez-vous d’autres activités ? Globalement, comment votre activité musicale s’accorde-t-elle avec votre vie quotidienne ? Est-ce une chose acceptée dans votre entourage ?

Alien : La musique reste ma passion principale, mais j’ai autant de passion pour les films d’horreur (série B/Z etc..), l’art en général, la photo, le dessin, la poésie, je suis Taphophile, et cataphile. J’ai une grande passion pour Halloween, je construis des props et déco pour embellir ma maison en octobre! La vie quotidienne comme je disais plus tôt, je suis Papa, donc concilier les 2, c’est toujours un peu compliqué, il faudrait plus de 24h dans une journée en fait, du coup, j’ai une vie le jour, et je suis vampire la nuit ! Sinon concernant mon entourage, je suis ‘métalleux’ depuis mes 12 ans, j’ai toujours eu un look assez personnel, et l’avis des autres m’est toujours passé au-dessus et je n’ai jamais eu de soucis professionnellement ou personnellement, tant que tu restes toi-même ça passe (ou ça casse, mais on s’en fou hein ?) !

Divarre : J'aime beaucoup cuisiner. Ça fait beaucoup de bien de se faire à manger. Je fais un peu de photo, mais trop irrégulièrement et pas assez sérieusement. J'ai eu des soucis avec mon audition ces dernières années et j'ai passé plus d'un an sans écouter le moindre morceau ou regarder le moindre film. Je me suis replongé dans des comics et manga, en variant les styles. Avec une préférence pour les histoires lourdes qui mettent un bon coup de poing dans le ventre. En ce moment, je lis “Shonen No Abyss” de Minenami Ryo et j'ai commencé “Homunculus” de Yamamoto Hideo. En livres, j'adore la science-fiction, et j'ai fini la trilogie “Le Problème à trois corps” de Liu Cixin récemment, excellent. J’aime aussi le cinéma, de Bergman à Ari Aster. Un de mes films préférés est “Peppermint Candy” de Lee Chang-dong. Et jeux vidéos, à doses très contrôlées, car ça peut vite être chronophage. Je viens de jeter un œil sur “Death Stranding” de Hideo Kojima qui a l'air très prometteur. Pour la vie quotidienne, c'est toujours difficile de trouver un équilibre, les passions peuvent lier les personnes entre elles, mais aussi les éloigner.

Sioux Side : À côté, je suis également tatoueur et illustrateur. Je suis aussi passionné d’arts martiaux (muai thaï boran particulièrement). Je suis également passionné de l’univers nordique, et l’univers des runes fait partie de ma vie quotidienne. J’étudie toute sorte de magie ancienne de différentes régions du monde et j’adore voyager.



14/ Question un peu plus perso maintenant. The Cemetary Girlz et notre groupe (The Last Oath) partageront l’affiche pour le prochain Return To The Bat-Cave Festival en 2023 à Wroclaw (Pologne). Êtes-vous enthousiastes à l’idée de jouer pour ce fest prestigieux ? Nous, on a hâte de vous rencontrer en tout cas héhé.

Alien : Trop hâte aussi ! On y a joué il y a quelques années, c’est un super festival, les gens sont top et Tom est un passionné, ça fait plaisir d’y retourner !

Divarre : Au plaisir de partager la scène ! Et faire la chasse aux gnomes… On ne revient jamais vraiment indemne de là-bas…

Sioux Side : Je suis très content à l’idée de jouer en Pologne. Je ne connais ni le pays, ni le festival et je suis impatient.






15/ Avez-vous souvent l’occasion de jouer sur scène depuis le covid ? Et avant ? D’ailleurs, est-ce que vous démarchez les concerts ou pas plus que cela ? Avez-vous des dates prévues pour 2023 (à part le Bat-Cave) ?

Alien : On n'a jamais démarché depuis le début du groupe, on nous a toujours contacté directement pour jouer, là c’est différent, vu qu’il y a le nouvel album et qu’on a pas tourné depuis longtemps je me mets à démarcher un peu les fest ou on a jamais mis les pieds. Et oui, depuis le Covid nous avons eu le Portugal et la tournée Mexicaine. On a des dates de prévues, mais on attend le TBC ^^.

Divarre : On a repris en 2022, c’était intense ! Avant ça, c’était… je ne me souviens plus, il y avait quelque chose avant ? Le monde existait déjà ? C’est si loin…

Sioux Side : Haha oui chaque occasion de jouer, depuis cette période étrange, est vécu presque comme le possible dernier concert. Mais on est sur une bonne lancée, je pense qu’on peut rester confiant.





16/ Quel est votre regard sur les scènes Post-Punk/Goth actuelles ? J’entends par là que votre groupe existe depuis longtemps et que l’album Opus Vitae aura 10 ans cette année. Constatez-vous des différences entre la période à laquelle vous avez sorti cet album et aujourd’hui ? Au niveau des sorties, des labels, des opportunités de concerts ou encore du public par exemple ?

Alien : J’ai l’impression qu’aujourd’hui il y a une scène plus présente qu’avant clairement, le ‘Post Punk’ est à la mode, la ‘Coldwave’ aussi. C’est cool de voir des groupes comme Corpus Delicti, Martin Dupond revenir sur scène ! Il y a des nouveaux groupes qui émergent d’un peu partout et dans pas mal de styles différents, ce qui m’a marqué, c’est le nombre de personnes qui nous annoncent avoir été influencées et eu envie de monter un groupe grâce à nous !

Divarre : Je pense qu’il y a un intérêt pour un son plus organique et moins synthétique. Les gens semblent plus ouverts à accepter des différences musicales, à écouter sans préjugés et avec plus de curiosité. Je peux bien sûr me tromper, le monde est vaste.

Sioux Side : Moi, je suis très enthousiaste des groupes émergents, qui viennent d’horizon différent et osent renouveler le genre. Je pense à GVLLOW, qui a fait de la Trap et est un excellent compositeur de post punk gothique actuellement. Les groupes les plus en vogue me semblent aussi très intéressant dans leur démarche et recherche sonore. Je ne suis jamais contre un She past away, un Drab Majesty ou encore un Hørd (qui est plus dans la veine synthwave/indus) en live. Il y a aussi, dans le genre plus electro dark Indus, le retour de Psyclon Nine, qui utilise des beats très Trap, des doubles pédales black métal et un son ‘cru’ indus. Non vraiment, j’aime le souffle de renouveau, où tout est permis et proposé, à re-fusioner des genres inattendus.



17/ Sur votre bandcamp vous affichez clairement : « Gothic Band since 2007 ». Qu’est-ce que cela signifie être gothique aujourd’hui pour vous ?

Alien : Je me suis toujours fièrement revendiqué Gothique, et encore plus aujourd’hui qu’avant, parce qu'aujourd’hui, tout le monde se revendique Post Punk/Coldwave par ‘honte’ du mot ‘Goth’ et parce que c’est ‘Hype’ mais ce ‘Post Punk’ n’est pas le Post-Punk que j’apprécie, The Sound, Sad Lovers and Giants, Siouxsie and the Banshees, Joy Division, c’est du Post Punk. Goth, je ne pourrai pas écrire la définition parce que tout le monde s’en fait sa propre idée, j’aime juste cette description que je trouve cool : Goth, Personne qui voit de la beauté, là où les autres n’en voient pas.

Divarre : S'accepter comme on est, ne pas refouler ou tuer ses émotions, apprendre à se connaître et à s'écouter, continuer à avancer quoi qu’il arrive.

Sioux Side : Le mot ‘gothique’ parle maintenant d’une façon beaucoup plus claire aux jeunes générations. C’est ce mélange de culture très dark générale qui est cristallisée dans ce mot. De la musique, aux films, à la poésie et aux périodes historiques du même nom. Je pense qu’on est plus dans cette gueguerre de qui est quoi, pour se donner un genre et faire partie d’un clan (jamais vraiment défini d’ailleurs). Je pense que les Cemetary peuvent largement s’approprier ce terme, car on représente toute ces influences dark d’horizons variés, qui ne cessent d’évoluer.



18/ Bon alors là, vu que vous êtes arrivés jusqu’ici, vous êtes piégés, comme tous les autres haha. Quels sont vos plats et breuvages favoris ? Avez-vous une recette spéciale The Cemetary Girlz ?

Alien : je suis un grand fan d’Absinthe, j’ai été responsable à la Cantada ll (RIP) à Paris, j’ai goûté 80 absinthes différentes, j’adore le rhum ambré et l’hypocras, Hydromel les boissons médiévales aussi ! La recette Spéciale Cemetary Girlz, c’est un cercueil haha !

Divarre : Riz, champignons et aubergines au four, sauce soja et beurre de cacahuète et chili, ou kimchi… À boire, chocolat noir ou une boisson au gingembre, ou les deux, et le plus fort possible.

Sioux Side : Définitivement, l’absinthe. C’est avec elle que tout a commencé entre Alien et moi. Ça me rappellera toujours la Cantada et Mickey (le défunt prioritaire).

Et, "L'absinthe est l'aphrodisiaque de l'âme. La petite fée verte qui vit dans l'absinthe convoite votre âme."



19/ Souhaitez-vous aborder un autre sujet en particulier ? Quelque chose dont nous n’avons pas parlé jusqu’à présent ?

Alien : restez vous-même, la différence est la meilleure des qualités ! (Broken Teeth Lyrics)

Divarre : Protégez votre audition, utilisez des protections auditives pour les concerts et reposez vos oreilles régulièrement. Prenez soin de vous, et gardez espoir. Rien n'a vraiment d'importance. La vie n'a de sens que si on lui en donne.

Sioux Side : Rien de spécial.






20/ Merci beaucoup d’avoir répondu à nos questions, je suis impatient de jouer avec vous en octobre pour le Return To Bat-Cave. Portez-vous bien et à la prochaine ! :-)

Alien : Hate de jouer ensemble !

Divarre : Merci pour l’interview !

Sioux Side : Merci et hâte aussi !

171 vues1 commentaire
bottom of page