Interview - THE COVENTRY - Juillet 2022



The Coventry fait parti des groupes découverts grâce au label Swiss Dark Nights que j'apprécie le plus. Leur musique très accrocheuse a de beaux jours devant elle. À la fois dynamique et mélodique, c'est un pur concentré de Goth-Rock moderne. Je suis heureux de pouvoir vous proposer ce témoignage tant les musicien(ne)s de ce trio sont des personnes vraiment charmantes.

Propos recueillis par Xzvrey en Juin 2022.




1/ Infernal Hailz The Coventry ! Alors, comment allez-vous ? Que faites-vous ces derniers temps ? J'ai vu sur le site de Swiss Dark Nights que vous aviez sorti 2 nouveaux singles. Est-ce que cela annonce un nouvel album ?

Mario - Salut, nous sommes déjà en train de transpirer des litres d'eau à cause de l'été, mais à part cela ça va merci. Oui notre troisième album studio est en chemin actuellement, il sortira sans doute vers le mois d'octobre 2022


Valerio - Nous ne pouvons pas en révéler davantage pour le moment mais il ne sonnera probablement pas exactement comme nos précédents albums. Cela nous a pris plus de temps pour l'enregistrer à cause de la pandémie, donc nous avons dû trouver de nouvelles idées.



2/ Pouvez-vous raconter un peu l'histoire du groupe ? Création, changements de line-up, ambiance durant vos débuts...

Mario - Nous somme 3 dans le groupe : Mario Mandfredi, Valerio Rivieccio et Adriana Colella. Notre groupe s'est fondé de manière assez classique. Nous étions actifs dans différents projets et un beau jour nous nous sommes rencontrés au bar et étions bien bourrés.

Je portais un tee-shirt "The Smiths" et Valerio, lui, portait un tee-shirt "Simple Minds" et nous avons commencé à discuter en se complimentant sur nos tee-shirts respectifs. Plus tard, je lui ai présenté le guitariste qui jouait sur notre album "The Art Of Survival" : Giammarco, avec qui j'avais un projet de post-punk : "The Resonance". Valerio m'a présenté Adriana avec qui il travaillait sur un projet EBM : "Terminal Front".





3/ Pouvez-vous expliquer le nom du groupe s'il vous plaît ? Cela sonne un peu comme un couvent en français, mais je doute d'avoir raison. Quoiqu'il en soit, pourquoi avez-vous choisi ce nom ?

Mario - Le nom Coventry vient du HMS Coventry, un navire destroyer de la Royal Navy qui a participé à la guerre des Malouines, où il a été coulé par des bombes des Douglas A-4 Skyhaws argentins. Un nouveau HMS Coventry a été baptisé avec le même nom et a pris le drapeau de combat récupéré dans l'épave, qui est protégée en tant que cimetière militaire.

Valerio - Nous avons choisi ce nom car il n'y a pas de meilleure métaphore que la guerre et ses instruments de terreur pour décrire la souffrance et le désespoir. La guerre est quelque chose qui divise, elle contraint les gens à y participer, elle les manipule pour qu'ils respectent certains idéaux, mais en fin de compte, elle ne fait que donner une plus grande part de contrôle aux dirigeants. Pendant ce temps-là, ce qui sépare les idéaux des actions effectives, c'est un océan de sang et de cadavres.



4/ Les scènes Post-Punk/Goth sont très fortes aujourd'hui, surtout depuis 2009~2010, avec beaucoup de très bons albums qui sortent chaque année. Écoutez-vous d'autres groupes faisant partie de ces scènes ? Vous arrive-t-il de jouer sur scène avec eux ?

Valerio - Bien sûr, nous soutenons nos amis signés chez Swiss Dark Nights, qui nous soutiennent en retour d'ailleurs. Des groupes comme Ash Code et Hapax, avec qui nous avons partagé la scène dans notre ville natale : Bari.

Nous apprécions également beaucoup nos amis de Velvet Vega, originaires de Livorno... Ce sont des gens bien.

Ensuite, j'ai personnellement produit les albums de Broken Nails, Tenderlash et Anne Marie. Ce sont des musiciens très talentueux.

En-dehors de Swiss Dark Nights nous aimons une telle quantité de groupe des scènes post-punk/goth que la liste serait interminable.



5/ Vous êtes basés en Italie, un pays où l'underground Post-Punk/Goth est très développé avec beaucoup d'excellents groupes. Quel est votre sentiment concernant ces scènes au sein de votre pays ?

Valerio - Personnellement, je pense qu'il y a de très bonnes personnes, ici, en Italie, avec un fort attachement à la scène. Le seul problème, ce sont les concerts [NDLR : "events" dans la réponse originelle]. Beaucoup de clubs ne proposent pas aux groupes de jouer et il ne laissent donc pas cette culture s'étendre et s'exprimer comme elle le mériterait. Les cultures Post-Punk et Goth sont très importantes, car, partout dans le monde, il y a des personnes qui ne s'intéressent pas au mainstream. À mon sens, les clubs italiens devraient travailler dur pour ces personnes-là.

Nous faisons de la musique pour les personnes dont le premier œil à pleurer est celui de gauche.

[NDLR : réponse d'origine : " We make music for people whose first crying eyes is the left one"]



6/ Quelles sont vos influences principales en matière de musique dans The Coventry ? Plus généralement, pouvez-vous citer quelques-uns de vos albums préférés ?

Valerio - Uh, c'est intéressant ça. Bien sûr durant les années 80, les projets Darkwave comme Depeche Mode et Ultravox sont très important compte tenu de la nature de nos chansons, mais, comme je l'ai dit précédemment, nos influences en tant que groupe proviennent surtout de notre scène locale. J'entends par là que le groupe Hapax a eu un fort impact sur nous. Je me souviens encore du regard que nous avons échangé avec Mario quand ils ont sorti le single "Vitriol". Bref, mon artiste préféré reste Mr. Alan Wilder (plus pour Recoil que Depeche Mode), et en tant que producteur [NDLR : entendez "ingé-son"] je suis toujours ébahi par son génie lorsqu'il s'agit d'arranger des morceaux. En tant que compositeur, je dirais que mon préféré est Peter Gabriel. Ensuite, si je devais faire la liste des albums qui m'ont influencés... Non, je ne peux pas, il y en a trop et mes influences changent avec mon humeur donc ce que j'aime aujourd'hui ne sera pas forcément ce que j'aimerai demain.




7/ Revenons à votre musique, vous jouez un superbe style de Post-Punk/Coldwave avec beaucoup d'atmosphères nostalgiques et de super refrains. Selon VOUS, comment peut-on décrire votre musique ? Est-ce que vous composez tous ensemble ou alors il y a un "mastermind" dans le groupe ?

Mario - Nous n'avons jamais étiqueté notre musique, donc nous n'avons pas un son spécifique. Concernant la musique, cela dépend des morceaux. Parfois, Valerio bricole une démo complète et nous travaillons dessus ensemble. En d'autres circonstances tout part des paroles que j'écris, ou alors de temps en temps nous écoutons les lignes de synthé créées par Adriana et nous commençons à créer une chanson autour de ses créations. En gros, nous n'avons pas de modus operandi.



8/ Maintenant, concernant les paroles de vos chansons, qui les écrit ? Quels sont les sujets principaux ?

Mario - Concernant les paroles, en général je les écris mais il y a également des chansons écrites par Valerio. Je n'ai pas de sujet principal en fait. Pour "The Art Of Survival", les paroles sont très personnelles et j'exprimais des pensées. Pour "Deep Detachment", les paroles sont en réalité plus détachées et l'auditeur·trice peut y voir ce qu'il ou elle veut. Les nouvelles paroles ont été difficiles à écrire, car j'ai essayé de combiner ce que j'ai appris en tant que compositeur donc il y a à la fois des choses très personnelles et beaucoup de métaphores. Concernant mes inspirations, j'aime énormément la littérature, plus particulièrement Oscar Wilde et Franz Kafka. Mes paroles préférées sont celles de Morrissey et de Nick Cave.


Valerio - J'écris aussi quelques paroles, mais c'est souvent plus politisé à cause de ma "forma-mentis". [NDLR : impossible de traduire ce dernier terme]. Je ne suis par vraiment fan des relations sociales depuis "The Art Of Survival" donc ce que je fais maintenant, c'est donner mes impressions sur la société et j'essaye de prendre part à quelques combats sociaux : l'équité, "Ambientalism" [NDLR : l'environnement peut-être ?], la paix, l'anti-capitalisme. Par exemple, j'ai écrit la chanson "Julian" qui parle de Julian Assange et de sa réclusion. J'ai suivi sa situation depuis 2012, et quand j'ai appris que le Royaume-Uni a décidé de l'extrader vers les États-Unis, je me suis dit : "Ok, c'est le moment d'écrire quelque chose à ce sujet".



9/ Vos deux albums sont sorti à un an d'intervalle. Vous êtes productifs haha. Quelles sont les différences entre eux deux selon vous ? Comment avez-vous fait pour écrire deux putains d'albums longue-durée en si peu de temps O_o ?

Valerio - Mmh, nous avons tant de choses à dire, et le monde change si vite, tout comme les gens et les situations. Je ne suis pas capable de garder les choses en moi pour très longtemps, mais je ne suis pas capable de mettre mes pensées par écrit. Je le fais en composant, c'est tout.

Alors la différence entre "The Art Of Survival et "Deep Detachment" c'est avant tout leur structure. Le premier est plus "enfantin" et le second un peu plus mature. Notre prochain album sera peut-être "adolescent" haha. Le processus naturel de la croissance quoi.

Ensuite, il y a "Unspoken" et c'est quelque chose que nous souhaitons continuer à faire puisque nous laissons quelques morceaux de côté à chaque fois que nous faisons un nouvel enregistrement.





10/ Vos albums sont sotis chez Swiss Dark nights, très bon label. Recommandez-vous quelques groupes originaires de leur roster ? Comment êtes-vous entrés en contact avec le label ?

Valerio - Mmh, tous les groupes que j'ai cités plus haut sont sur Swiss Dark Nights. Comment sommes-nous entrés en contact ? Et bien Valerio Lovecchio (pas moi hein héhé) est venu voir un concert de mon ancien groupe : Terminal Front, et nous avons commencé à discuter de musique. Je lui ai envoyé quelques demos, mais elles étaient trop jeunes et immatures pour être pressées par un label underground de cette importance. Nous avons donc terminé "The Art Of Survival" et j'ai envoyé les démos une fois de plus. Le label a accepté de le presser. Donc on est à mi-chemin entre "traquer quelqu'un" et travailler dur de ton côté pour progresser sur ce qui te définit, sur ta musique (si tu es musicien bien sûr).



11/ Arrivez-vous à jouer souvent en live ? Si oui, quelle est l'atmosphère au sein du public ? Aimeriez-vous faire une tournée en Europe ou ailleurs dans les années à venir ?

Valerio - Comme je l'ai déjà dit, trouver des endroits pour jouer n'est pas une chose aisée en Italie mais nous aimerions vraiment jouer en Europe bien sûr. Nous continuons à envoyer des mails aux orgas et aux salles, un jour ou l'autre, ils accepteront (voir question précédente - lol). Nous aimerions vraiment tourner, c'est la seule chose qui nous manque dans nos vies.

Quand nous jouons, en général les gens sont très sympathiques et ça les change de ce qu'ils écoutent habituellement. Je ne sais pas si les gens sont sincères ou si c'est juste, tu sais, pour nous mettre à l'aise.




12/ Répétez-vous souvent ? Combien de fois par mois par exemple ? Comment est l'ambiance pendant les sessions ? Allez-vous picoler à en devenir aveugles après ou êtes vous plutôt calmes ?

Adriana - Nous essayons de répéter aussi souvent que possible. Nous rions beaucoup en général durant les répètes, nous blaguons à propos des bourdes que nous avons fait ou en essayant des sons bizarres avec les synthés. Après, en général nous continuons d'aller au bar où nous nous sommes rencontrés pour boire des coups avec quelques amis, mais nous essayons d'être de bons enfants quand même haha.



13/ Bien, il y a une question dans Jeu D'Ombre qui ne peut pas être esquivée : quels sont votre plat et votre boisson favoris ? Personnellement, je suis fan de Chianti Classico en vin italien, vous aussi ? Y a-t-il une recette spéciale The Coventry à base de chair de nonne, de couilles de curés et de cervelles ou quelque chose du genre ?

Valerio - En fait nous ne buvons pas beaucoup de vin, nous sommes plus bières. Concernant la nourriture, et bien... nous sommes italiens haha. Mario est végétarien, Adriana et moi mangeons de tout, pas en grande quantité, mais de tout. Ooh, nous avons des pâtes appelées "strozzapreti" qui veut dire littéralement "priest-chockers" en anglais donc tu n'es pas tombé loin haha !



14/ Y a-t-il des fanzines papiers par chez vous ? En général, aimeriez-vous qu'il y ait des fanzines papiers parlant de l'underground Post-Punk/Goth ?

De temps en temps, le fanzine "Rumore" parle des scènes goths, j'ai été interviewé dedans avec mon side-project : KURS quand j'ai sorti mon premier album "Muter" sur Swiss Dark Nights. Nous n'y connaissons pas grand-chose en matière de fanzines et de magasines, mais ouai, nous adorerions en avoir ici.




15/ En 2020 vous avez sorti "Unspoken", une compilation de morceaux inédits. C'est un choix intéressant, et les chansons sont vraiment bonnes au passage. Comment ce projet est-il né ? Si je ne m'abuse, certains morceaux ont été enregistrés durant la session Deep Detachment. Pourquoi ne pas les avoir ajoutés à l'album ?

Mario - "Unspoken" est quelque chose que nous voulions faire absolument, car nous sommes très attachés à ces morceaux. En réalité il n'y a qu'un morceau qui provient de la session "Deep Detachment" et tout le reste proviens de la session "The Art Of Survival". Il y a donc des titres de nos toutes premières démos et sur la plupart il y a notre ancien guitariste : Giammarco. C'est la principale raison pour laquelle je voulais vraiment sortir cette compile.



16/ Parlons maintenant de vos EPs les plus récents. Pouvez-vous les décrire aux lecteurs·trices s'il vous plaît en expliquant pourquoi vous avez choisi ce format court ? Aimez-vous écouter des EPs d'autres groupes ?

Mario - Oui nous aimons beaucoup le format EP, mais ce n'est pas la seule raison. Quand nous avons sorti "A Short Story" l'année dernière, nous travaillions déjà sur le nouvel album et nous espérions le sortir l'automne dernier, mais les choses ne se sont pas passé comme prévu. Nous avons dû retravailler certaines démos et en écrire de nouvelles...



17/ Vous n'avez pas votre propre page bandcamp si ma mémoire est bonne. N'êtes-vous pas intéressés par la démarche ou alors préférez-vous que les gens aillent visiter la page du label ?

Nous préférons que le label gère notre musique sur sa propre page. Un bandcamp perso serait une charge de travail en plus à gérer et nous sommes plutôt des feignasses haha. Nous pensons que les musiciens doivent rester des musiciens, nous ne sommes pas des promoteurs. Il y a de fortes chances de foirer quelque chose si nous devons penser à tout en même temps.





18/ Deep Detachment est un gros coup de pied au cul pour moi, superbe album. Avez-vous eu de bons retours et de bonnes chroniques pour cet album ? Rencontre-t-il le succès escompté ?

Merci beaucoup ! Oui, les retours et les chroniques sont bon(ne)s...



19/ Êtes-vous actifs dans d'autres groupes ou projets en lien avec l'underground Post-Punk/Goth (radios, web sites...) ? À part votre groupe, quelles sont vos passions ?

Valerio - Personnellement, j'ai un autre projet : Kurs, un one-man band d'indus. En-dehors de la musique, je travaille de temps en temps comme barman et comme ingé-son pour quelques prods de chez Swiss Dark Nights.




20/ Y a-t-il quelque chose que vous souhaitiez dire aux lecteurs·trices ? C'est l'instant promo gratos alors go ! haha.

Faites tout ce que vous pouvez pour faire vivre la scène, par exemple : invitez-nous à jouer haha. Non sérieusement les sous-cultures commencent à disparaître lentement, elles se diluent dans le mainstream : les mêmes noms, mêmes styles de musique, ça reste très plat... Keep this flame alive ! [NDLR : Underground will never die ! haha].



21/ Malheureusement, il faut bien s'arrêter quelque part. T_T
Merci pour votre temps et votre belle musique.
Je vous souhaite le meilleur pour votre groupe.
Cheers !

Merci beaucoup pour les questions les gars et pour votre soutien ! À une prochaine fois, j'espère. Bye.







66 vues0 commentaire