top of page

LA SCENE DE THESSALONIKI DANS LES ANNEES 80



Depuis quelques temps déjà, la scène grecque nous gratifie de plusieurs sorties mémorables et particulièrement savoureuse : Chain Cult, Ghostdance

Mais qu'en était-il dans les années fin 70-80, époque où les styles post-punk/goth on émergé pour s'offrir au monde et marquer le paysage musical d'une emprunte indélébile?

Un rapide tour sur discogs et d'autres sites encyclopédique permet de voir que quelques groupes pratiquaient déjà ces styles dans les 80's et avec force brio.

Mais il est un lieu en particulier qui a retenu mon attention pour cet article ciblé sur la seconde ville de Grèce en matière de population : Thessaloniki (Thessalique en français).

Peuplée d'un million d'habitants de nos jours et située dans le golfe Thermaïque (Nord-Est du pays), elle considéré comme la capital de la culture en Grèce avec ses très nombreux festivals.



C'est en 1981 que le groupe Bicycle sort son premier et unique album via le label indépendant Gramma dont ce sera la seule production. L'album évoque autant le post-punk que le rock psychédélique et le punk rock. La comparaison avec des artistes comme Rick'L'Rick peut se faire, la musique est très riche en influences. On peut penser au New York Dolls ou à Television en écoutant leurs titres.

Le pressage vinyle de Gramma est le seul disponible et le groupe n'a ensuite plus jamais offert d'autres sorties par la suite. Pourtant c'est un album d'un grand intérêt qui nous rappelle que dans "post-punk", il y a "punk". Les musiciens se sépareront ensuite, certains rejoignant d'autres formations.

Nestor Stilpon, le chanteur donnera encore de la voix dans Rondodo Rocks, un groupe de rock alternatif dans les années 80.

Quant au bassiste Vasilis Papavasiliou, qui jouait déjà dans le groupe the Monks dans les 60's, il retournera au folk rock pour le reste de sa carrière.


Mais Bicycle n'est pas le seul groupe à avoir émergé de Thessaloniki.

La ville portuaire du nord-est de la Grèce sera par la suite le repaire de plusieurs groupes mémorables et du label Smash Records qui sortira 3 LP incroyables, de véritables perles enfouies dans les ténèbres de l'histoire de la musique, injustement méconnue avant de s'endormir pendant 2 décennies avant de ressurgir.




En 1986, l'album Livin On Leavin du groupe Stained Veil reste encore aujourd'hui un joyau de la deuxième moitié des années 80. Évoquant à bien des égards le deathrock américain mais aussi le post-punk britannique, Stained Veil offrait dès son premier opus un album absolument dantesque et maitrisé de bout en bout.

Le son de l'époque très peu compressé et avec beaucoup de dynamique reste encore aujourd'hui très appréciable. Les compositions torturées du combo grec ont énormément de classe et de maturité. L'album est d'ailleurs disponible en écoute intégrale sur la chaine Youtube In Depth Music pour le plus grand bonheur des amateurs de raretés.

Parmi les membres du groupe, un certain Giorgos Pattas s'illustrera également dans un autre groupe de post-punk goth.




La même année que Livin On Leavin de Stained Veil sort l'album ...'Till Night Comes Again du groupe Fear Condition, avec Giorgos Pattas et produit par le même label : Smash Records.

La musique est cette fois-ci plutôt inspirée Bauhaus, très sombre, presque macabre. Les compositions se concentrent clairement plus sur la création d'une atmosphère ténébreuse et glauque que sur l'impact et l'efficacité des morceaux. La présence d'un saxophone directement issu d'une bande son de film noir ajoute une touche savoureuse d'originalité.

Il faut dire que dans les années 80, il arrivait de temps à autre que le saxophone soit utilisé en plus des traditionnels batterie-basse-guitare. L'album est parfois considéré comme un chef-d'œuvre obscure des 80's et il faut dire que son écoute est marquante. La créativité du groupe grec est évidente et l'orientation esthétique clairement différente par rapport à Stained Veil malgré un membre en commun.


Toujours la même année 1986, Smash Records signera le second album d'un groupe de compatriotes grecs : Yell-O-Yell, originaire d'Athens. Ayant fait un tour sur Creep Records (label devenu assez célèbre par la suite) pour leur premier album Hello Hell en 1984 , les athéniens rejoignent le roster du label de Thessaloniki alors que le groupe est en ascension et partage régulièrement l'affiche avec Villa 21 et d'autres groupes importants de la scène grecque de l'époque.

Résolument plus sombre et darkwave que les deux groupes cités plus haut, la musique dérangée des athéniens intéressera sans doute les auditeurs amateurs d'ambiances malsaines et presque psychédéliques. Le groupe continuera ensuite les concerts jusqu'en 1993. Le groupe se sépare alors suite au décès du guitariste/chanteur Fill Scars.

Il est étonnant de constater que, malgré ces 3 sorties considérées aujourd'hui comme cultes, le label s'éteindra brutalement, de même que les deux groupes de son roster originaire de la même ville, laissant un vide énorme dans l'underground grec de l'époque.

Ainsi, la créativité fulgurante et débridée créée au travers du label Smash Records fut éphémère mais stupéfiante, laissant une trace profonde au point que les 3 vinyles sortis sur ce label sont aujourd'hui considérés comme des classiques de l'underground post-punk/goth.

NB : si vous souhaitez acquérir les vinyles sur discogs, attendez vous à devoir payer un certain prix pour une copie en bon état (notamment pour Fear Condition).


L'histoire aurait pu s'arrêter là, mais voilà qu'en 2012, le label Smash Records refait surface ! Aussi soudainement qu'il avait disparu.

Avec lui, les groupes Yell-O-Yell et Stained Veil ressortent de leur sommeil pour proposer de nouvelles compositions aussi intéressantes que leurs productions des années 80 malgré plus de deux décennies de silence.

Ces sorties seront vraisemblablement chroniquées un jour ou l'autre par l'équipe de Jeu D'Ombre tant il nous a été agréable de découvrir que ces groupes avaient repris leurs activités.


Nous vous conseillons de jeter un coup d'œil et une oreille au bandcamp du label. On peut noter la sortie d'un live des Inca Babies, un EP du groupe Church Of The Sea et l'excellent LP du groupe Brightside au range des productions récentes du label.


Malgré tout, de nombreuses questions restent en suspens après cette investigation dans l'underground de la cité portuaire grecque.

Qui dirigeait le label ? Peut-être Giorgos Pattas puisqu'il faisait partie de deux des groupes produits par Smash Records. Quelles ont été les raisons de cet arrêt soudain à la fois du label et des deux groupes pourtant prometteurs de Thessaloniki?

Autant de questions qui pourraient faire l'objet d'une interview si nous avons la possibilité d'entrer en contact avec les groupes, d'autant plus que Stained Veil s'est lui aussi réveillé de sa torpeur le temps d'un album : Endless Hours en 2012.

Affaire à suivre donc.



Où que l'on regarde, d'autres histoires similaire ont existé un peu partout dans le monde, à différentes époques. Un groupe de passionnés créé des groupes, des labels, des associations et un microcosme underground né avec lui. Beaucoup disparaissent rapidement il est vrai, mais les albums qui ont émergés de ces élans de créativité sont les témoignages de ces passions. Charge à nous autres auditeurs d'être curieux pour entretenir cet underground à travers notre passion.




40 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page